Expédition Franklin: deux vieilles épaves, un nouvel éclairage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La découverte récente par une équipe de chercheurs canadiens des épaves des deux navires de la mythique expédition de Sir John Franklin, au milieu du XIXe siècle, loin d'avoir élucidé le mystère sur sa disparition, ouvre la voie à «une réécriture du paysage archéologique» de l'Arctique, estime un spécialiste de Parcs Canada.

Marc-André Bernier, gestionnaire de l'équipe d'archéologie subaquatique qui mène des recherches dans ce coin hostile du globe, a indiqué que la découverte très médiatisée, en 2014 et plus tôt cette année, des navires HMS Erebus et HMS Terror, deux fleurons de la marine britannique de l'époque, disparus dans le Grand Nord canadien en 1845, ajoute une multitude de questions à une histoire tragique qui en renfermait déjà beaucoup.

«Les deux navires sont dans un état de préservation absolument incroyable», a fait savoir le chercheur, lundi midi, à une assemblée d'étudiants et de professeurs en géographie et géomatique de l'Université Laval. «Seulement avec un de ces navires, on en aurait pour une vie à l'étudier. Là, on en a trois», a-t-il ajouté, au sujet de la découverte additionnelle, en 2010, du HMS Investigator, parti à la recherche des deux autres.

Considérée comme l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'exploration de l'Arctique, la disparition des deux navires britanniques n'a cessé de fasciner les historiens, géographes et archéologues.

L'expédition de Franklin avait quitté l'Angleterre en 1845, avec 134 hommes d'équipage et trois ans de vivres, afin de découvrir le passage du Nord-Ouest, qui permet de relier l'Atlantique au Pacifique via l'océan Arctique.

«L'expédition de toutes les expéditions», précise M. Bernier, ajoutant que les deux navires comptaient parmi les plus modernes de leur époque, avec un système de chauffage et une proue renforcée par des plaques de fer permettant de se frayer un chemin à travers les glaces. Après avoir croisé deux baleiniers en août 1845, les équipages n'ont plus jamais été revus. Des recherches ont permis de découvrir que les navires étaient restés coincés dans les glaces pendant un an et demi. Pour survivre, des matelots sont allés jusqu'à se livrer au cannibalisme.

Exploration délicate

Au cours de quelque 250 plongées effectuées depuis 2008, Marc-André Bernier et son équipe de chercheurs ont scruté à la loupe les deux épaves, remontant à la surface plusieurs artéfacts, dont un canon et des boulets (mais sans aucune trace de poudre...).

La faible profondeur de l'eau dans laquelle repose l'Erebus, une dizaine de mètres, en facilite l'exploration, qui doit se faire de façon très méthodique, étant donné la fragilité des structures. Les prochaines incursions sous-marines seront effectuées dans la cabine des officiers, là où les chances de trouver des informations de première main sont les plus grandes. Les recherches ne peuvent être conduites que pendant une «fenêtre d'exploration très petite», en août et septembre, en raison de la présence des glaces et de conditions météorologiques difficiles.

Les recherches des experts de Parcs Canada ont été permises grâce au perfectionnement des équipements en géomatique, dont la reconstitution des épaves en trois dimensions. Sonars et imagerie par satellite ont également contribué à leur travail.

Forts de ces nouveaux renseignements, les chercheurs doivent reprendre leurs travaux «avec un oeil complètement nouveau», explique M. Bernier au Soleil. «Nous avons encore plus de questions que nous en avions avant», conclut-il, s'interrogeant entre autres sur le sort exact des membres d'équipage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer