• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Science 
  • > Le Nobel de médecine à un Japonais spécialiste de l'«usine de recyclage» cellulaire 

Le Nobel de médecine à un Japonais spécialiste de l'«usine de recyclage» cellulaire

Le biologiste japonais Yoshinori Ohsumi reçoit des fleurs,... (Agence France-Presse)

Agrandir

Le biologiste japonais Yoshinori Ohsumi reçoit des fleurs, lundi, à l'Université de Tokyo, après avoir remporté le prix Nobel de médecine.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugues Honoré
Agence France-Presse
Stockholm

Le prix de Nobel de médecine a récompensé lundi le Japonais Yoshinori Ohsumi pour ses découvertes sur l'«usine de recyclage» de nos cellules qui, en cas de dysfonctionnement, peut déclencher la maladie de Parkinson ou le diabète.

M. Ohsumi, 71 ans, a fait l'essentiel de sa carrière de biologiste à l'Université de Tokyo, où ses expériences sur le processus de l'autophagie ont donné des clés essentielles à la compréhension du renouvellement des cellules, du vieillissement et de la réponse du corps à la faim et aux infections.

«Les difficultés à étudier le phénomène faisaient qu'on en savait peu jusqu'à ce que, dans une série d'expériences brillantes au début des années 1990, Yoshinori Ohsumi utilise de la levure de boulanger pour identifier les gènes essentiels à l'autophagie», a expliqué l'Assemblée Nobel de l'Institut Karolinska, qui décerne le prix.

«Il a ensuite poursuivi pour élucider les mécanismes sous-jacents à l'autophagie dans la levure et démontré qu'un mécanisme sophistiqué similaire était employé dans nos cellules», a-t-elle ajouté.

Le nom d'autophagie a été donné au processus par le Belge Christian de Duve, qui avait été l'un des trois lauréats du Nobel de médecine en 1974. Il était également au coeur des travaux ayant valu en 2004 le Nobel de chimie à l'Américain Irwin Rose et aux Israéliens Aaron Ciechanover et Avram Hershko.

Le processus est essentiel au renouvellement cellulaire. Nos cellules s'autodétruisent en s'enfermant dans des vésicules à double membrane avant d'être livrées aux lysosomes, organismes ordinairement chargés de digérer et détruire déchets et bactéries.

«Ce qu'il a montré c'est que ce n'étaient pas des décharges, mais des usines de recyclage», a résumé pour la Fondation Nobel une professeure de médecine moléculaire Juleen Zierath.

Maladies lysosomales

Son mauvais fonctionnement peut entraîner toutes sortes de maladies, dont celles dites «lysosomales», d'origine génétique, ou encore la maladie de Huntington, d'Alzheimer, de Crohn, des myopathies, etc.

«Les perturbations de l'autophagie ont été liées à la maladie de Parkinson, au diabète de type 2 et d'autres troubles qui apparaissent chez les personnes âgées», selon le jury.

«Les mutations des gènes de l'autophagie peuvent provoquer des maladies génétiques. Une recherche intense est actuellement menée pour développer des traitements qui puissent viser l'autophagie dans différentes affections», a-t-il souligné.

Professeur honoraire à l'Université de technologie de Tokyo (surnommée Tokodai), il remporte huit millions de couronnes suédoises (834.000 euros).

Il «était un peu surpris», a raconté le secrétaire du jury Thomas Perlmann, qui lui a téléphoné avant l'annonce.

Ce champ de recherche «n'attirait pas beaucoup l'attention par le passé, mais maintenant nous sommes à une époque où il y a un accent plus fort là-dessus», a déclaré M. Ohsumi à la télévision japonaise NHK.

«Si la fonction d'autophagie est défectueuse, les cellules nerveuses ne peuvent pas fonctionner correctement. Dans des études expérimentales, on a aussi vu que l'embryon ne peut se développer normalement», a souligné le président de l'assemblée Nobel de médecine, Rune Toftgård, sur la télévision SVT.

En 2015, le prix était allé à l'Irlando-Américain William Campbell, au Japonais Satoshi Omura et à la Chinoise Tu Youyou pour leurs découvertes de traitements contre les infections parasitaires et le paludisme.

La médecine est traditionnellement le premier des prix Nobel décernés chaque année. Doivent suivre la physique mardi, la chimie mercredi, la paix vendredi, le prix d'économie le 10 octobre et la littérature le 13.

Le jury norvégien qui remet le prix de la paix a été confronté à une avalanche de nominations, 376, soit une centaine de plus que le précédent record, dont les acteurs de l'accord de paix en Colombie et de celui sur le nucléaire iranien.

Pour la littérature, l'Académie suédoise doit trancher, par exemple, entre des romanciers super-vedettes, comme l'Américain Philip Roth ou le Japonais Haruki Murakami, et des écrivains moins lus, comme le dramaturge norvégien Jon Fosse ou le poète syrien Adonis.

Lauréats des 10 dernières années 

2016: Yoshinori Ohsumi (Japon) pour ses travaux sur l'autophagie, processus par lequel nos cellules digèrent leurs propres déchets et qui, en cas de dysfonctionnement, déclenche la maladie de Parkinson ou le diabète.

2015: William Campbell (Irlande/États-Unis), Satoshi Omura (Japon) et Tu Youyou (Chine) pour leurs découvertes de traitements contre les infections parasitaires et le paludisme.

2014: John O'Keefe (Grande-Bretagne/États-Unis) et May-Britt et Edvard Moser (Norvège), pour leurs recherches sur le «GPS interne» du cerveau, qui pourrait permettre des avancées dans la connaissance de la maladie d'Alzheimer.

2013: James Rothman, Randy Schekman et Thomas Südhof (États-Unis), pour leurs découvertes sur les transports intracellulaires, qui font mieux connaître des maladies comme le diabète.

2012: Shinya Yamanaka (Japon) et John Gurdon (Grande-Bretagne), pour leurs travaux sur la réversibilité des cellules souches, qui permet de créer tous types de tissus du corps humain.

2011: Bruce Beutler (États-Unis), Jules Hoffmann (France) et Ralph Steinman (Canada), pour leurs recherches sur le système immunitaire qui permet à l'organisme humain de se défendre contre les infections, favorisant la vaccination et la lutte contre des maladies comme le cancer.

2010: Robert Edwards (Grande-Bretagne), le père des bébés-éprouvette.

2009: Elizabeth Blackburn (Australie/États-Unis), Carol Greider et Jack Szostak (États-Unis), pour leurs découvertes sur les mécanismes de la vie et leurs applications dans la lutte contre le vieillissement.

2008: Harald zur Hausen (Allemagne), Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier (France) pour leurs travaux sur le cancer et le sida.

2007: Mario Capecchi (États-Unis), Oliver Smithies (États-Unis) et Martin Evans (Grande-Bretagne), qui grâce à la création de souris transgéniques ont ouvert un nouvel horizon à la recherche sur des maladies comme Alzheimer et le cancer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer