Les Montréalais rêvent d'espace!

Alors que la campagne de recrutement a pris... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Alors que la campagne de recrutement a pris fin lundi, l'Agence spatiale canadienne (ASC) a dévoilé, vendredi, ses chiffres finaux sur son processus mis en place afin de trouver ses deux futurs astronautes.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Montréal

Ce sont les Montréalais qui ont manifesté le plus d'enthousiasme pour devenir le prochain astronaute canadien.

Alors que la campagne de recrutement a pris fin lundi, l'Agence spatiale canadienne (ASC) a dévoilé, vendredi, ses chiffres finaux sur son processus mis en place afin de trouver ses deux futurs astronautes.

Parmi les grandes régions métropolitaines du Canada, Montréal arrive en tête, avec ses 441 candidats.

La métropole québécoise devance Toronto, qui a 391 candidats, même si cette dernière ville est plus peuplée. Vancouver est bonne troisième avec ses 256 candidats.

Mais sur le nombre total de candidats, soit 3772, c'est tout de même en Ontario où il y a eu la plus grande proportion d'aspirants astronautes : 34 %. Le Québec suit avec 21,5 % et l'Alberta avec 14,7 %.

Trois habitants du Nunavut ont manifesté leur désir d'aller dans l'espace.

Sur le total des candidats, 24 % sont des femmes et 69 % des hommes. Sept pour cent ont choisi de ne pas déclarer leur sexe.

L'Agence dévoile que 7793 personnes ont commencé le processus en ligne, et que 3772 l'ont complété.

«C'est beaucoup», s'est réjoui l'astronaute canadien Jeremy Hansen, en entrevue téléphonique.

«C'est important parce que l'on veut que les Canadiens sachent qu'on a un futur dans l'espace. [...]On va avoir une industrie commerciale dans l'espace, alors c'est très important pour le futur du Canada d'être prêt pour ça», a commenté l'homme qui est aussi pilote de chasse.

«Je suis vraiment heureux que presque 4000 personnes soient prêtes à accepter le défi d'être astronaute.»

Et aussi, il est satisfait qu'il y ait eu un peu plus d'applications de femmes que par le passé.

«C'est important pour tout le monde, à l'Agence et pour moi-même, que les femmes sachent que le travail d'astronaute est pour les hommes et pour les femmes», a déclaré le père de trois enfants, dont deux filles.

Plusieurs autres étapes

Bien d'autres étapes restent à franchir avant que les deux astronautes ne soient choisis.

Les candidats devront d'abord se soumettre à un examen de jugement et de raisonnement en ligne. Ensuite, les dossiers seront examinés par l'Agence spatiale, qui réduira le nombre de candidats à 200. Après moult questionnaires médicaux et entrevues, seulement 40 candidats seront retenus, qui subiront ensuite des tests physiques.

Selon M. Hansen, l'Agence ne recherche pas de profil typique, car la diversité des expériences est importante pour elle. L'astronaute estime surtout qu'une qualité cruciale est de bien pouvoir travailler en équipe. Un atout important quand un astronaute peut se retrouver en vase clos pendant six mois avec seulement quelques collègues.

«C'est important de travailler comme équipe, même quand il y a beaucoup de stress», juge-t-il.

L'ASC prévoit annoncer les deux candidats choisis à l'été 2017 pour qu'ils commencent leur formation en août de la même année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer