La Station spatiale accueillera le Québécois David Saint-Jacques

À la fois ingénieur, astrophysicien et médecin, David... (Archives La Presse Canadienne, Fred Chartrand)

Agrandir

À la fois ingénieur, astrophysicien et médecin, David Saint-Jacques a un CV pour le moins bien rempli. Il a pratiqué la médecine autant dans le Grand Nord québécois que les camps palestiniens au Liban, a raflé un postdoctorat au Japon et peut converser autant en français et en anglais qu'en russe, en japonais et en espagnol.

Archives La Presse Canadienne, Fred Chartrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

L'ingénieur, astrophysicien et médecin québécois David Saint-Jacques sera le prochain Canadien à séjourner à la Station spatiale internationale (ISS).

Âgé de 46 ans, M. Saint-Jacques doit partir à bord d'une fusée russe Soyouz en novembre 2018 pour une mission de six mois.

«Je promets de me montrer à la hauteur de vos attentes», a-t-il déclaré, lundi, à des élèves du primaire réunis dans un musée d'Ottawa où le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a annoncé son affectation.

«Une mission comme celle-là rend le Canada encore plus grand.»

L'entraînement de David Saint-Jacques s'amorcera cet été et se déroulera au Canada, en Russie, au Japon et aux États-Unis.

Il a confié avoir choisi de devenir astronaute en raison des nombreux Canadiens qui avaient exercé cette profession avant lui.

M. Saint-Jacques sera le neuvième astronaute canadien entraîné à s'envoler dans l'espace et le sixième à travailler à l'ISS pour un total de 16 missions spatiales.

«Ces hommes et ces femmes ont captivé notre imagination, nous ont incités à nous dépasser dans notre travail et nos études, et à viser l'excellence», a commenté M. Bains.

Chris Hadfield, qui a été le commandant de l'ISS en 2013, est le dernier Canadien à être allé dans l'espace.

L'an dernier, le gouvernement fédéral avait révélé que le Canada enverrait deux astronautes à l'ISS, l'un d'ici 2019 et l'autre d'ici 2024. Il n'avait toutefois pas précisé qui partirait en premier.

L'Agence spatiale canadienne avait le choix entre David Saint-Jacques et Jeremy Hansen, les deux seuls astronautes actifs de son équipe.

Les deux hommes ont été formés au centre de la NASA à Houston, au Texas, après avoir été recrutés en 2009.

Né à Québec le 6 janvier 1970, M. Saint-Jacques est marié et père de deux enfants. Il pratique la randonnée, le vélo et le ski, en plus de nourrir une grande passion pour la voile. Il est titulaire d'une licence de pilote professionnel, parle couramment le français et l'anglais, et peut converser en russe, en espagnol et en japonais.

L'astronaute détient de nombreux diplômes universitaires, dont un doctorat en astrophysique de la prestigieuse université Cambridge.

Avant de se joindre au programme spatial canadien, il a été médecin à Puvirnituq, un village du Nunavik donnant sur la baie d'Hudson.

Les Canadiens dans l'espace

Neuf Canadiens, soit huit astronautes formés et un civil, ont déjà volé dans l'espace.

1. Marc Garneau

1984: Expériences scientifiques à bord de la navette Challenger

1996: Expériences scientifiques à bord de la navette Endeavour

2000: Installation de panneaux solaires à la Station spatiale internationale (ISS)

2. Roberta Bondar

1992: Première mission du Laboratoire international de microgravité

3. Steve MacLean

1992: Orbite autour de la Terre à bord de la navette Columbia

2006: Participation à la construction de l'ISS

4. Chris Hadfield

1995: Ajout du module d'amarrage russe à la station spatiale Mir

2001: Ajout du Canadarm2 au module Destiny de l'ISS

2012-2013: Expériences scientifiques et commandement de l'ISS

5. Robert Thirsk

1996: Expériences sur la vie et la microgravité dans le cadre de la mission Spacelab

2009: Séjour de six mois à l'ISS

6. Bjarni Tryggvason

1997: Tests sur le matériel devant être utilisé pour l'ISS

7. Dave Williams

1998: Expériences concernant les effets de l'apesanteur sur le système nerveux dans le cadre de la mission Neurolab

2007: Livraison et installation d'un segment de poutre à l'ISS

8. Julie Payette

1999: Livraison d'équipement à l'ISS

2009: Assemblage et installation de plusieurs composantes à l'ISS

9. Guy Laliberté

2009: Le fondateur du Cirque du Soleil devient le premier touriste canadien de l'espace

David Saint-Jacques dans Le Soleil, en quelques citations

«Je me suis dit : David, il faut que tu essaies. Ça a ravivé tellement d'émotions de petit garçon que je me suis dit : on y va.» - Début 2009, peu après l'annonce qu'il faisait partie des 16 finalistes parmi 5000 candidats qui avaient postulé lors de la campagne de recrutement d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne (ASC), en 2008.

«Je dois dire qu'on a eu 23 fioles de sang prélevées. [...] Dans tout ce processus-là, ils ne nous donnent pas beaucoup d'information sur ce qu'ils recherchent ou sur ce qu'ils évaluent. Ils nous disent quoi faire et on obtempère, mais ils ne nous parlent pas des résultats. [...] On [les postulants astronautes] a décidé que ça ne servait à rien d'essayer de deviner ce qu'ils cherchaient. Ils savent ce qu'ils cherchent. Depuis que la Station spatiale internationale existe, il y a des comités internationaux qui se sont penchés sur la question de savoir comment sélectionner les astronautes.» - En avril 2009, avant qu'il ne soit retenu par l'Agence spatiale.

«Vous savez, dans la carrière d'un astronaute, il n'y a jamais rien de garanti. On accepte le poste, on accepte de s'entraîner pendant des années, mais je pourrais être disqualifié pour des raisons médicales demain matin.» - En 2012, alors que l'on croyait que les crédits de l'ASC pour aller sur la Station spatiale étaient épuisés jusqu'en 2019.

«Je ne sais pas [combien coûte l'entraînement d'astronaute]. Mais je pense que ça vaut la peine. [...] Il y a un côté intangible là-dedans de motivation pour toute la population. Et aussi, on oublie facilement l'espace dans notre vie quotidienne, on oublie que ça fait partie de notre quotidien. Chaque fois qu'on utilise un téléphone, un GPS, qu'on regarde la météo, qu'on utilise une carte, les matériaux [...], tout ça, c'est les programmes spatiaux, mais on dirait que c'est tellement intégré dans notre quotidien qu'on l'oublie.» - En 2013, après qu'il eut passé à travers son entraînement d'astronaute.

Avec Jean-François Cliche

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer