La naturopathie: pour adultes seulement?

La loi belge énonce des conditions très strictes:... (Archives La Presse)

Agrandir

La loi belge énonce des conditions très strictes: le mineur doit se «trouver dans une situation médicale sans issue entraînant le décès à brève échéance», être confronté à une «souffrance physique constante et insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable».

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) BLOGUE / La semaine dernière, les parents du petit Ezekiel Stephan ont été reconnus coupables de n'avoir pas fourni à leur fils les choses et soins essentiels à sa vie. Le bambin de 19 mois est décédé cet hiver d'une méningite après que ses parents, par ailleurs aimants et attentionnés, de ce que l'on en sait, eurent tenté de le soigner avec des remèdes «naturels».

La maladie a duré deux semaines au cours desquelles les parents n'ont jamais amené leur enfant très souffrant voir un médecin - sauf à la toute fin, mais il était trop tard. Ils avaient plutôt consulté une naturopathe, qui a posé le mauvais diagnostic ou cru à tort qu'elle avait les compétences et les remèdes pour guérir le petit.

J'ignore, bien franchement, s'il est vraiment approprié de condamner des parents qui ont déjà subi le pire des châtiments imaginables. Même si ce sont leurs mauvaises décisions qui sont en cause. Mais bon, pour l'avenir, pour éviter que cela se reproduise, je profite de l'occasion pour vous recommander la lecture de ce billet de blogue de Britt Marie Hermes et de cette entrevue qu'elle a accordée à la CBC.

Britt Marie Hermes est un cas particulièrement intéressant, parce qu'elle est elle-même une ancienne naturopathe qui, après avoir suivi une «formation» de naturopathe et pratiqué pendant quelques années, a fini par se rendre compte que ses prescriptions d'homéopathie et de remèdes de grand-mère ne soignaient pas grand-chose. Et au bout d'un cheminement que l'on devine pénible et humiliant, elle a fini par abandonner complètement la naturopathie pour retourner aux études - en recherche biomédicale.

Bref, elle a vu cette discipline de l'intérieur, a constaté que ses traitements n'avaient aucun fondement scientifique - hormis certaines herbes traditionnellement utilisées dans telle ou telle culture, sans doute, mais les naturopathes offrent aussi beaucoup de thérapies pas mal plus... flyées, pour rester poli - et est bien placée pour en parler.

Sa première recommandation, dans la foulée du décès d'Ezekiel Stephan, est d'interdire aux naturopathes de prendre des patients de moins de 18 ans, parce que la formation en «naturopathie pédiatrique» est très déficiente.

«La formation [en naturopathie pédiatrique] que j'ai suivie consistait à voir des patients environ 25 heures par semaine, et la plupart de mes patients étaient des enfants, mais pas tous, a témoigné Mme Hermes à CBC. Pour qu'un naturopathe puisse dire qu'il a fait sa résidence en pédiatrie, environ 65 % des cas qu'il prend en charge doivent être des enfants de moins de 18 ans. Mais c'est une formation qui est trop générique, pas assez spécifique. Pour un vrai médecin, la formation est encadrée par des hôpitaux et des universités pour s'assurer que les médecins voient des enfants qui ont des problèmes de santé bien précis, alors que ma formation pédiatrique consistait simplement à voir n'importe quel enfant qui entrait dans mon bureau.»

Et tant pis si cela n'implique pas d'enfant atteint d'une sévère méningite, comme le petit Ezekiel. Pour tout dire, ce genre de formation «au petit bonheur le patient» amène rarement à voir des cas graves, dit Mme Hermes, parce que les gens qui consultent des naturopathes sont généralement atteints de maux bénins - les «inquiets sains», comme elle les appelle.

En outre, raconte-t-elle, la formation de base des naturopathes ne comprend aucun cas réel, uniquement des cas imaginaires pour lesquels les étudiants apprennent/s'endoctrinent à prescrire divers produits «naturels» qui n'ont souvent aucun effet prouvé.

Bref, cette histoire est bien triste. Mais si elle peut servir à bien visser dans la tête des uns et des autres que les naturopathes ne sont pas des intervenants de première ligne pour des problèmes de santé, cela aura au moins servi à ça...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer