Une doctorante de l'UL honorée par Québec Science

Salma Taktek, doctorante de l'Université Laval, s'est démarquée... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Salma Taktek, doctorante de l'Université Laval, s'est démarquée par ses recherches sur ce qui se passe sous la terre entre les plantes et les champignons.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est une doctorante de l'Université Laval, Salma Taktek, qui a remporté le prix de la Découverte de l'année du magazine Québec Science, a annoncé l'établissement d'enseignement, vendredi, par voie de communiqué.

Les travaux de Mme Taktek avaient au départ été sélectionnés parmi les 10 découvertes québécoises les plus marquantes de 2015. Québec Science soumet toujours ensuite sa sélection au vote du public et, cette année, c'est sa thèse de doctorat sur les symbioses que font les plantes pour tirer du sol les nutriments dont elles ont besoin qui a obtenu le plus de votes.

L'Université Laval n'avait toutefois pas de chiffres sur les résultats du scrutin.

La thèse de Mme Taktek, qui avait également fait le «top 10» des percées scientifiques du Soleil, a introduit un élément insoupçonné dans notre compréhension de la biologie des plantes - et qui pourrait réduire de beaucoup les quantités d'engrais utilisés en agriculture.

Il y a un certain nombre d'années, les biologistes ont réalisé que dans bien des cas, les plantes (incluant pratiquement tous les arbres) ne se «nourrissent» pas seules, mais reçoivent une grande aide de champignons. Ceux-ci sont extrêmement efficaces à faire des réseaux de fines racines dans le sol, mais au contraire des plantes, ils sont incapables de produire leur propre source d'énergie (le sucre). Au fil de l'évolution, ces deux grands groupes ont donc appris à faire des associations que les biologistes nomment symbioses, où le champignon se «branche» sur les racines de la plante et lui amène de l'eau et des sels minéraux, en échange de quoi la plante lui fournit des sucres qu'elle produit. Le biologiste de l'Université Laval (maintenant retraité) J. André Fortin a fait partie des pionniers dans ce champ de recherche et a épaulé - avec ses collègues de l'UL Yves Piché et le directeur de thèse de Mme Taktek, Hani Antoun - les travaux de la désormais célèbre doctorante.

Or au cours de ses expériences de doctorat, Mme Taktek a réalisé que les champignons ne travaillent pas seuls eux non plus, mais font eux-mêmes des associations avec des bactéries qui dissolvent les minéraux dont les plantes ont besoin.

Notons que Mme Taktek a déposé sa thèse l'an dernier et travaille maintenant à commercialiser sa découverte avec la firme Premier Tech, dans le Bas-du-Fleuve.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer