Tunnel Québec-Lévis: première étude sur la faille de Logan

Le ministre des Transports Robert Poëti... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre des Transports Robert Poëti

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Transports du Québec a commandé une étude pour cerner la faille de Logan et déterminer si la déformation géologique pourrait nuire à la construction d'un éventuel tunnel reliant Québec et Lévis.

Robert Poëti l'a annoncé mercredi au FM93, puis il l'a répété à la sortie du Conseil des ministres à l'Assemblée nationale.

Les libéraux posent ainsi un premier geste afin d'honorer leur promesse d'étudier la faisabilité d'un lien sous-fluvial entre Québec et Lévis. Élu en 2014, le gouvernement Couillard a jusqu'en 2018 pour s'exécuter. Il a déjà averti que la dépense, estimée à 5 millions $, était tributaire de l'atteinte de l'équilibre budgétaire.

La faille de Logan, qui s'étend de Montréal à la Gaspésie, passe à la pointe de l'île d'Orléans. Le dernier tracé proposé pour un tunnel Québec-Lévis la croise donc, tout comme deux autres failles moins connues, celle de la pointe du bout de l'île et celle de Ells au centre du chenal sud.

«J'ai signé la semaine dernière une acceptation pour une étude géologique par des spécialistes, directement pour étudier cette partie-là dans un premier temps», a indiqué mercredi M. Poëti. Les travaux, confiés à une équipe de l'Université de Montréal, débuteront dans les prochaines semaines, et le rapport sera disponible au printemps. La dépense est de 105 000 $.

«Si des gens prétendent que ça pourrait causer un problème quand on parle d'un lien souterrain, ça m'apparaît de base» de vider la question, a lancé le ministre.

«Légende urbaine»

Le maire Régis Labeaume a déjà évoqué la faille de Logan pour écarter le projet de tunnel auquel il ne croit pas. L'argument revient également sur le tapis dès lors qu'il est question de brasser le sous-sol pour des grands projets, dont l'oléoduc Énergie Est encore récemment.

Dans Le Soleil, il y a deux semaines, Jacques Locat, chercheur en génie géologique de l'Université Laval et spécialiste des «géorisques» comme les séismes, assimilait la faille de Logan à une «légende urbaine». «On a beaucoup de difficulté à enlever de la tête des gens que l'activité sismique dans la région de Québec n'a rien à voir avec la faille de Logan. [...] C'est sûr que c'est une faille, donc une zone de roche brisée, mais elle est totalement inactive, alors ça ne pose pas de problème pour la construction», expliquait-il au collègue Jean-François Cliche.

M. Poëti assure que l'initiative vient de son ministère et que le projet d'un troisième lien n'est pas une priorité régionale. «Je n'ai pas de pression des maires, ni de Québec, ni de Lévis, pour réaliser ceci d'aucune façon», a-t-il souligné mercredi. Quant à lui, sa préoccupation est d'améliorer la fluidité de la circulation entre les deux villes. Pour cela, il réfère spontanément au transport en commun en général et au projet de service rapide par bus (SRB) en particulier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer