Agressions sexuelles: des conséquences différentes chez les garçons et les filles

Selon les résultats préliminaires de l'étude, les garçons...

Agrandir

Selon les résultats préliminaires de l'étude, les garçons agressés sexuellement montrent davantage de problèmes de comportement dits «extériorisés», comme la colère, l'agressivité et la délinquance, que les petites filles.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Montréal) Les petites filles agressées sexuellement montrent plus de signes de dépression et d'anxiété que les garçons qui ont vécu ce genre de mauvais traitement, mais ceux-ci semblent avoir des problèmes de comportement plus graves, selon une étude dont les résultats préliminaires ont été dévoilés lundi, lors du 82e congrès de l'Acfas.

Jusqu'à maintenant, on considérait généralement que les effets à court terme d'une agression sexuelle étaient les mêmes pour les garçons comme pour les filles.

«Peu d'études se sont attardées au sexe des victimes ou ont tenté de voir s'il y avait une différence. Et souvent on mène les recherches sur des adultes qui ont été victimes pendant leur enfance, alors c'est difficile de voir les conséquences à court terme, parce que c'est rétroactif. [...] Alors, notre question était : est-ce que les garçons victimes d'agression sexuelle vivent la même chose que les filles?» a exposé Amélie Gauthier-Duchesne, étudiante de la chercheuse de l'UQAM en sexologie Martine Hébert, qui a dirigé les travaux.

Pas moins de 482 enfants de 6 à 12 ans - 139 garçons et 343 filles, ce qui reflète à peu près à la fréquence des agressions sexuelles chez les enfants, qui toucheraient environ 20 % des filles et 10 % des garçons - agressés sexuellement ont participé à l'étude, de même que leurs parents. Ces cas ont été trouvés grâce à une collaboration de plusieurs années avec des organismes intervenant dans des cas d'agression sexuelle à Montréal et à Gatineau.

Les résultats de l'étude sont préliminaires et doivent être interprétés avec prudence, mais il semble que garçons et filles ne réagissent pas tout à fait de la même manière aux agressions sexuelles. Les filles ont en effet obtenu des scores légèrement plus élevés dans les tests d'anxiété et de dépression, et nettement plus élevés dans des questionnaires mesurant les symptômes post-traumatiques (46 sur 100 en moyenne dans ce dernier cas, contre seulement 39 pour les garçons).

Cependant, les garçons agressés montrent davantage de problèmes de comportement dits «extériorisés» (colère, agressivité, délinquance, etc.) que les petites filles - du moins, si l'on se fie à ce que les parents déclarent. Les différences de scores moyens (64 contre 60 sur 100, en moyenne) peuvent apparaître minces, mais elles sont «cliniquement significatives», assure Mme Gauthier-Duchesne.

Les gestes posés diffèrent

Fait intéressant, l'échantillonnage de Mme Hébert a également permis de trouver des différences dans la nature des agressions sexuelles subies par les garçons et les filles. Ces dernières sont plus souvent victimes d'agressions chroniques, c'est-à-dire répétées sur des périodes de six mois ou plus : 37 %, contre 28 % chez les garçons. Ceux-ci sont toutefois la cible d'agressions plus graves impliquant une pénétration (orale, vaginale ou anale) ou de tentative de pénétration : 72 % contre 56 % des filles. En outre, dans 57 % des cas, les garçons sont la cible d'agresseurs juvéniles (19 ans ou moins), alors que cette proportion n'est que de 39 % chez les filles.

Est-ce que ces différences dans la nature des agressions peuvent expliquer la réaction différente des deux sexes? On ne peut pas l'affirmer sur la base de ces seuls résultats, avertit Mme Gauthier-Duchesne, mais c'est assurément une question qu'elle et l'équipe de Mme Hébert tâcheront de creuser dans l'avenir.

L'étudiante entend également comparer ces résultats avec un groupe témoin de garçons qui auraient subi un traumatisme non sexuel, afin de voir si les problèmes de comportement sont une réaction plus générale chez les garçons. Les chercheuses tenteront aussi de voir si les différences persistent dans le temps.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer