Avenir incertain pour le brise-glace Amundsen

Chaque jour de mission coûte environ 55 000... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Chaque jour de mission coûte environ 55 000 $ sur l'Amundsen, soit 4,5 millions $ pour une mission de 82 jours. Toutefois, c'est le budget d'entretien, coupé de 400 000 $ sur un total de 2 millions $ par année, qui menace l'avenir du navire.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Nouveau symbole canadien, figurant depuis 2012 sur les billets de 50 $ en polymère, le brise-glace de recherche scientifique Amundsen pourrait bien rester à quai une année sur deux dès l'année prochaine, faute de financement nécessaire à son entretien. Et ce, même si le gouvernement fédéral vient d'injecter 6 millions $ dans le remplacement de cinq de ses six moteurs et l'installation de nouveaux générateurs.

Vendredi, un équipage de 80 personnes a quitté le port de Québec pour une expédition de 82 jours jusqu'à la mer de Beaufort. Si les quelque 35 étudiants à bord étaient tous fébriles d'entamer la collecte de données nécessaires à leur projet de maîtrise ou de doctorat, le chef de mission, Louis Fortier, avait déjà les yeux tournés vers l'avenir, qu'il entrevoit avec une certaine inquiétude.

En 11 ans de service, l'Amundsen a pris part à 10 missions scientifiques, dont la plus importante s'est échelonnée sur 454 jours, à l'occasion de l'Année polaire internationale (2007-2008). Jusqu'à maintenant, seule l'année 2012 a fait défaut en raison de bris de moteurs qui ont forcé le navire à se rendre en cale sèche six mois durant. Mais ce qui a fait le plus mal au vaisseau, selon M. Fortier, a été la suppression la même année du Programme d'appui aux ressources majeures du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada, retranchant du coup 400 000 $ du budget annuel de 2 millions $ consacré à l'entretien.

«Déjà sous-financé»

«On était déjà sous-financé, puisqu'on estimait avoir besoin d'une équipe de 18 personnes alors qu'on en avait seulement 11. Et avec la coupure, on est tombé à quatre», relate le biologiste de l'Université Laval. «Là, on a essayé de reconstruire un peu l'équipe et on a changé complètement nos façons de faire, mais si d'ici un an ou deux on n'a pas trouvé de nouvelle source de financement, je ne dirais pas qu'on va être obligé de mettre la clé dans la porte, mais on va songer sérieusement à espacer nos missions», ajoute le professeur. Cela signifierait non seulement que plusieurs projets de recherche seraient alors reportés, mais aussi que les scientifiques disposeraient d'un suivi moins serré de l'évolution des changements climatiques.

Québec à la rescousse

Des idées de financement, Louis Fortier en a plein la tête pour conserver la position de leader qu'occupe le Québec dans le domaine de la recherche nordique. Le directeur d'ArticNet veut bien sûr continuer à faire de la pression sur le gouvernement fédéral, mais il a également approché le gouvernement québécois pour qu'il fasse sa part. «Québec est assez réceptif à ce moment-ci avec sa nouvelle stratégie en recherche et en innovation. Les grandes infrastructures, qu'elles soient financées au fédéral ou au provincial, vu qu'elles sont basées au Québec, pourraient être financées par un nouveau programme», a-t-il partagé, sans vouloir en dire plus.

M. Fortier entrevoit également la possibilité de multiplier les partenariats avec le privé, comme ce fut le cas en 2010-2011 pour de l'exploration pétrolière. «C'est le genre de chose qui pourrait empiéter un peu sur le programme scientifique, mais mieux vaut faire ça que de ne rien faire du tout», a-t-il conclu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer