Les achigans les plus fertiles mordent plus à l'hameçon

L'achigan à grande bouche mâle devient particulièrement agressif...

Agrandir

L'achigan à grande bouche mâle devient particulièrement agressif pendant la période de reproduction. Cette agressivité fait en sorte qu'il est plus susceptible d'attaquer un leurre.

Partager

(Québec) La pêche sportive pourrait nuire à certaines espèces de poisson, en ciblant involontairement les spécimens les plus aptes à la reproduction. C'est du moins le cas de l'achigan à grande bouche, une espèce communément pêchée dans le sud du Québec, selon un article paru lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Chez cette espèce, le mâle devient particulièrement agressif pendant la période de reproduction, agressivité qui lui sert d'abord à se réserver un bon endroit pour creuser un nid et s'accoupler, et ensuite à défendre ses alevins contre les prédateurs pendant leurs premières semaines de vie. À cause de ce comportement, des biologistes supputaient que la pêche sportive pouvait nuire à l'espèce, parce que les spécimens les plus agressifs (et donc, ceux qui défendent le mieux leur progéniture) sont les plus susceptibles d'attaquer un leurre.

Études en étangs

Pour en avoir le coeur net, une équipe germano-américaine dirigée par David Sutter (des universités de Humboldt et de l'Illinois) a utilisé des achigans à grande bouche provenant de deux lignées différentes, dont les spécimens avaient été sélectionnés sur trois générations pour leur propension, forte ou faible, à attaquer des leurres. Une cinquantaine de mâles de ces deux lignées ont été relâchés dans six étangs expérimentaux avec des femelles sauvages, et la grande majorité (45 sur 48) s'est reproduite.

Cependant, les mâles de la lignée la «plus mordeuse» se sont aussi avérés les pères les plus consciencieux, passant en moyenne 36 % plus de temps à surveiller leurs nids que la lignée moins agressive. Ils ont aussi reçu la visite de plus de femelles pendant la période de la ponte, ce qui signifie qu'ils ont fécondé plus d'oeufs. Mais ils se sont également montrés les plus faciles à attraper, attaquant deux fois plus souvent les leurres sans hameçons que les chercheurs leur lançaient.

Les étangs expérimentaux ont ensuite été vidés, et un échantillon de 1200 jeunes a été prélevé. Des analyses génétiques ont permis d'établir que la lignée la plus mordeuse avait engendré pas moins de 62 % des alevins.

«Notre étude démontre bien que la pêche sportive peut cibler les individus les plus aptes pour la reproduction», concluent les auteurs, qui ajoutent que dans le cas d'une espèce comme l'achigan à grande bouche, cela peut devenir un problème. À force de laisser dans l'eau plus de spécimens moins agressifs, et qui défendent donc moins bien leurs nids contre les poissons mangeurs d'oeufs, on peut en effet finir par nuire à sa reproduction.

Au Québec, l'achigan à grande bouche se reproduit du printemps jusqu'au début de l'été, en juillet, selon le site des Ressources naturelles. L'an dernier, la pêche n'a ouvert que le 29 juillet aux alentours de Québec (zone 27), mais le 15 juillet sur la Rive-Sud (zone 3 et 7) ainsi que dans la Mauricie voisine (zone 26). Notons que son cousin, l'achigan à petite bouche, montre le même genre de comportement de reproduction, et qu'il est lui aussi un poisson populaire auprès des pêcheurs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer