La chimie est partout... et à Expo Québec

(Québec) Dans un coin mal éclairé, la tuyauterie d'un énorme cylindre argenté pousse des sons torturés en échappant une fumée lourde, dont les volutes lèchent longuement le sol avant de se dissiper. L'homme en sarrau qui s'y affaire sans mot dire en retire un contenant noir, fumant lui aussi, et l'amène à côté d'un bol où croupit une épaisse mixture brune. Un sourire en coin, il s'apprête à faire... de la crème glacée au chocolat.

Aux yeux de bien des gens, la chimie est une science «sale», associée à toutes sortes d'industries polluantes ou aux produits toxiques que l'on range sous l'évier. Mais elle est loin, très loin de n'être que ça, et c'est précisément pour défaire ce préjugé que l'exposition Attraction chimique ouvre ses portes dès aujourd'hui, au pavillon des sciences (l'espace K) d'Expo Québec.

«C'est vrai qu'il y a des risques et que la chimie est une discipline où il faut être prudent, mais c'est aussi une science qui peut être extrêmement utile et il y en a absolument partout dans notre quotidien», explique Jean-Daniel Doucet, lui-même chimiste et responsable de l'exposition.

En bons scientifiques, une équipe d'une trentaine d'étudiants en chimie de l'Université Laval et lui «prouveront» leur point en cinq kiosques. Le premier abordera la cuisine à travers diverses expériences - dont une, comme on vient de le voir, consiste à faire de la crème glacée avec de l'azote liquide, d'où provient la «fumée lourde». Y sont aussi expliqués, notamment, les mécanismes moléculaires derrière certains procédés culinaires - pourquoi un oeuf battu peut servir de liant, par exemple - et pourquoi les piments forts ont un goût aussi piquant.

Ah, et on y fabrique aussi du jus de pomme pétillant...

Kiosques interactifs

La section suivante s'attache à démystifier un autre épouvantail qui fait peur à tout un chacun : la radioactivité. Or, si elle a son «côté obscur», elle est d'abord un phénomène naturel et omniprésent dans nos vies. Les sceptiques pourront d'ailleurs s'en convaincre par eux-mêmes : le kiosque abrite un compteur Geiger, instrument qui sert à mesurer la radioactivité, ainsi que quelques articles de notre quotidien qui «irradient», ne serait-ce qu'un tout petit peu. Certains visiteurs, disons-le, ne verront plus leurs bananes et leur café du même oeil.

Les autres kiosques sont tout aussi interactifs, sinon plus. C'est du moins le cas d'une scène de crime montée sur place, «une sorte de CSI-Québec dont vous êtes le héros, explique M. Doucet. Ce sont les gens eux-mêmes qui vont chercher les preuves sur la scène. Et quand ils en trouvent, ils vont la faire analyser au labo juste à côté [de la scène de crime]».

Éventuellement, à force d'accumuler les éléments, le coupable sera découvert - et les gens qui n'aiment pas que l'on boive dans leur verre y apprendront au passage comment fixer des empreintes digitales sur une canette de boisson gazeuse...

Le stand central est consacré à l'histoire de la chimie. Deux acteurs y personnifient les chimistes célèbres Marie Curie et Jean-Marie Lavoisier, qui parleront de l'histoire de leur discipline en prêtant une attention particulière sur son évolution au Québec.

Enfin, le dernier mais non le moindre, tout au fond de la salle, se consacre à la pyrotechnie, expliquant comment les artificiers obtiennent leurs couleurs...

L'exposition restera ouverte jusqu'à la fin d'Expo Québec, le 29 août, et se tient à l'occasion de l'Année internationale de la chimie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer