La SPA demande la clémence pour les sauveurs de chien

Quatre employés de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus ont été... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Quatre employés de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus ont été suspendus pour y avoir fait entrer un chien qui leur semblait en détresse, ce qui contrevient à la politique de l'établissement sur les heures de visite aux usagers.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Société protectrice des animaux (SPA) de Québec invite le CHU de Québec à revoir sa décision de suspendre les employés qui sont intervenus pour sauver un chien en détresse.

«La SPA de Québec n'a pas été impliquée et ne connaît pas tous les détails de cette histoire, mais nous sommes déçus de constater que des gens bien intentionnés, qui voulaient porter assistance à un animal qu'ils croyaient en danger, aient subi une telle sanction», a commenté l'organisme sur sa page Facebook, mercredi matin.

Au bout du fil, le porte-parole de la SPA de Québec, Félix Tremblay, a en remis. «On ne comprend pas qu'ils puissent avoir été sanctionnés aussi sévèrement. [...] Oui, c'est un hôpital, et on est conscient que ce n'est pas la place pour amener un chien, mais on pense qu'il s'agissait de circonstances exceptionnelles et que ça méritait une réponse exceptionnelle», a réagi M. Tremblay.

D'autant, a-t-il souligné, que «le chien aurait été amené dans un lieu où sa présence n'avait pas vraiment d'incidence sur la santé des patients».

Sauvetage

Le 5 juillet, deux employés de l'Enfant-Jésus ont vu un chien qui semblait suffoquer dans un véhicule stationné près de l'établissement. Ils ont alors abaissé une fenêtre laissée légèrement ouverte pour récupérer l'animal, puis sont rentrés avec lui dans l'hôpital pour lui donner de l'eau.

Outre ces employés, deux autres personnes travaillant au service de messagerie, où le chien avait été amené pour être rafraîchi et hydraté, ont été punis.

La durée des suspensions imposées aux quatre employés plus tôt en août (et qui font l'objet de griefs) varie entre trois et huit jours.

Les employés auraient agi à l'encontre de la politique de l'établissement sur les heures de visite aux usagers hospitalisés, qui stipule que «l'accès aux animaux domestiques est strictement limité aux chiens guides et aux chiens accompagnateurs pour les usagers hospitalisés, les proches aidants et les visiteurs atteints d'un handicap.

«L'accès aux chiens en socialisation est strictement interdit, sauf ceux autorisés dans le cadre du programme de zoothérapie», indique encore la politique. 

Selon un porte-parole du CHU de Québec, Jean-Thomas Grantham, «le chien s'est retrouvé dans un endroit inapproprié, où il pouvait y avoir des risques concernant l'hygiène et la salubrité». 

La nouvelle de la suspension a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Une pétition demandant au CHU de Québec la révocation de la sanction a d'ailleurs été lancée par une internaute, Lisa Hudon. Mercredi en soirée, elle avait déjà récolté plus de 350 signatures.




À lire aussi

  • Suspendus pour avoir secouru un chien

    Santé

    Suspendus pour avoir secouru un chien

    Les employés de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus qui sont intervenus début juillet pour secourir un chien dans une voiture ont été suspendus, a appris... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer