L'Enfant-Jésus aura enfin son cyclotron

La médecine nucléaire permet de détecter plusieurs maladies... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

La médecine nucléaire permet de détecter plusieurs maladies à l'aide d'isotopes médicaux.

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un cyclotron produisant des radio-isotopes - un équipement médical de pointe - sera finalement installé dans le futur mégahôpital en construction sur l'Enfant-Jésus en 2020. Le CHU de Québec n'aura toutefois reçu aucun financement du gouvernement supérieur. C'est plutôt une controversée subvention octroyée par l'équipe du maire Régis Labeaume ainsi qu'une campagne de la fondation de l'établissement qui auront permis d'amasser les quelque 18 millions $ nécessaires.

Le cyclotron est devenu célèbre durant une pénurie mondiale. Vous vous souvenez, en 2009, le réacteur ontarien de Chalk River était tombé en panne, causant alors des remous dans les départements de médecine nucléaire? Principal fournisseur des fameux isotopes utilisés notamment dans le traitement des cancers et de l'Alzheimer, il avait cessé sa production durant 15 mois.

Depuis, d'autres réacteurs ont été construits à travers le monde. Et des hôpitaux se sont équipés, notamment à Sherbrooke et Montréal. Mais pas Québec.

En 2014, après des années de tergiversations et de quête de financement des chercheurs de la capitale, le maire avait donné un électrochoc : la municipalité investira 5 millions $ pour aider le Centre hospitalier universitaire de Québec à se doter de cet équipement, avait-il annoncé. Même si l'achat d'appareils médicaux est une compétence du gouvernement provincial. Régis Labeaume plaidait que ce nouvel outil est essentiel dans un hôpital d'envergure et qu'il attirerait les chercheurs.

L'opposition avait poussé les hauts cris. «Estomaqué», le conseiller Paul Shoiry dénonçait un détournement des fonds dévolus aux infrastructures municipales.

Le maire n'a pas reculé. Les fonds sont disponibles. Et la fondation de l'hôpital a réussi à amasser les 13 millions $ manquants, sans que le gouvernement provincial verse une part.

Le projet est bien avancé, d'ailleurs. L'équipe du CHU de Québec a déjà produit les plans préliminaires du bunker de béton et des installations attenantes qui seront érigés à l'Enfant-Jésus, a constaté Le Soleil. Les fournisseurs de cyclotrons viennent aussi d'être contactés «pour recueillir les renseignements sur les différents appareils disponibles», confirme une porte-parole, Geneviève Dupuis.

Fonctionnel en 2022

Il ne sera toutefois pas en fonction rapidement, avertit-elle. «La livraison de l'appareil est prévue en 2020. Mais ce qui est particulier, c'est que l'amorce, le calibrage de l'appareil, ça prend de 18 à 24 mois. C'est vraiment, vraiment long. [...] Donc, la mise en opération est prévue en 2022.»

Pourquoi rencontrer les fabricants de cyclotrons si l'achat n'est prévu que dans quelques années? C'est que la construction du futur Centre intégré de cancer commencera dès cet automne. Avant de creuser la terre et de couler le béton, les architectes et ingénieurs veulent être certains que la machine qui sera acquise pourra y loger. «Les spécifications techniques étaient nécessaires pour la préparation des plans et devis.»

Au fil des ans, d'autres sites avaient été évoqués pour l'installation du cyclotron, au Centre de recherche du CHUL entre autres. Mme Dupuis note que la décision de déménager le centre de cancérologie et ses chercheurs dans le futur mégahôpital a toutefois fait pencher la balance.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer