Après l'Ebola et le Zika, le Dr Kobinger s'attaque au VIH-Sida

Le gouvernement fédéral a annoncé lundi une subvention... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le gouvernement fédéral a annoncé lundi une subvention de 4 millions $ au Dr Gary Kobinger et à son équipe pour élaborer un vaccin plus efficace contre le VIH-sida.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un chercheur de l'Université Laval se servira de ce qu'il a appris en élaborant des vaccins contre les virus Ebola et Zika pour tenter de vaincre le VIH-sida.

«On espère que dans 3 ans, on va avoir un vaccin qui va être le meilleur vaccin contre le VIH, prêt à entrer en étude clinique», a soutenu le Dr Gary Kobinger lors de l'annonce au Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

La ministre fédérale de la Santé Jane Philpott s'est déplacée à Québec lundi pour annoncer une subvention de 4 millions $ à son équipe, qui est pluridisciplinaire et qui compte des chercheurs d'un peu partout au pays. Le gouvernement fédéral investit également 3 millions $ dans plusieurs petits projets à haut risque se déploieront d'ici 18 mois et qui serviront de base au projet de recherche du Dr Kobinger. 

La ministre Philpott, qui s'est personnellement engagée comme médecin dans des campagnes contre le sida, rappelle que le nombre de personnes atteintes du VIH au Canada est toujours en augmentation. Selon les dernières estimations, 75 000 personnes vivent avec ce virus potentiellement mortel. 

Depuis 35 ans, de nombreux chercheurs de partout dans le monde tentent de trouver un vaccin contre cette grave maladie transmise sexuellement et par le sang. 

Efficacité de 90 % visée

Même s'il essaie d'être «réaliste» avec ses attentes, le Dr Kobinger croit pouvoir faire une percée majeure. «Ce sera peut-être pas le vaccin ultime, mais on veut obtenir le meilleur vaccin disponible», lance-t-il. 

À l'heure actuelle, le meilleur vaccin disponible doit être administré en plusieurs doses et est efficace à 30 %. «C'est pas assez pour contrôler la transmission dans le monde», explique M. Kobinger, qui vise une efficacité de 90 % ou plus. 

Loin d'être en compétition avec d'autres chercheurs, l'équipe basée à Québec sera plutôt en mode collaboration pour ce gros projet des années à venir. «C'est pas juste nous dans notre bulle. On communique en temps réel avec une organisation internationale qui reçoit des résultats de plein d'autres chercheurs», explique M. Kobinger. 

Le Dr Kobinger est réputé pour avoir conçu le premier vaccin efficace contre l'Ebola dans le monde. Travaillant auparavant à l'Université du Manitoba, il est arrivé à l'Université Laval il y a un an, devenant le directeur du Centre de recherche en infectiologie.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer