Hôpital de La Pocatière: la fermeture temporaire du bloc opératoire dénoncée

Le conseil municipal de La Pocatière a adopté... (PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le conseil municipal de La Pocatière a adopté une résolution, mardi soir, afin de dénoncer la fermeture temporaire du bloc opératoire de l'Hôpital de La Pocatière.

PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Matane) Après les blocs opératoires des hôpitaux de Témiscouata-sur-le-Lac, des Îles-de-la-Madeleine et de Matane, c'est au tour de celui de La Pocatière d'être temporairement fermé, faute d'anesthésiste. Cette situation provoque la grogne des élus et génère de l'inquiétude auprès de la population.

D'ici le 12 mai, un anesthésiste sera disponible seulement lundi et mercredi de la semaine prochaine. Puis, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent annonce que le bloc opératoire de l'Hôpital Notre-Dame-de-Fatima sera de nouveau fermé du 16 juillet au 6 août. Pendant cette période, les patients requérant une intervention chirurgicale ou les femmes qui doivent accoucher sont transférés à l'hôpital le plus proche, soit à Rivière-du-Loup, à près de 70 kilomètres de route.

À l'invitation de la MRC du Kamouraska, le conseil municipal de La Pocatière a adopté une résolution, mardi soir, afin de dénoncer la situation qu'il juge inacceptable. Mercredi matin, les élus ont fait parvenir une lettre au député de Côte-du-Sud, Norbert Morin, dans laquelle ils demandent une rencontre avec lui et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette. 

Selon le directeur général de la Ville, le conseil municipal a aussi déploré la situation auprès du CISSS du Bas-Saint-Laurent. «Les élus de la MRC du Kamouraska sont à préparer un mémoire qui sera déposé d'ici la fin juin au CISSS du Bas-Saint-Laurent pour proposer des pistes de solutions afin d'éviter que cette situation ne se reproduise», informe Daniel Chabot.

Dimanche, une marche se tiendra dans les rues de La Pocatière afin de dénoncer la situation. «Les élus vont participer et sollicitent le plus grand nombre de citoyens», indique M. Chabot.

Des échos à Québec

Mardi, la situation de l'hôpital de La Pocatière a eu des échos à l'Assemblée nationale. La porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins, Diane Lamarre, a interpelé le ministre de la Santé et des Services sociaux. 

«Ça va se passer dans trois mois et le ministre est encore incapable de garantir que des services aussi essentiels ne seront pas interrompus», a déploré la députée péquiste de Taillon. «Après trois ans comme ministre de la Santé, comment se fait-il qu'il soit incapable de garantir aux gens du Kamouraska que leur hôpital pourra traiter des urgences comme des appendicites et des accouchements par péridurale tout l'été?»

Gaétan Barrette assure que le CISSS du Bas-Saint-Laurent et l'Association des anesthésiologistes du Québec sont à pied d'oeuvre afin de trouver un remplaçant. «Chaque année, il y a des périodes de découverture en anesthésie sur tout le territoire du Québec», a-t-il rappelé.

En point de presse mercredi, Amir Khadir de Québec solidaire a également dénoncé la situation. «C'est une décision imprudente, très irresponsable de la part d'un médecin», a-t-il fait savoir. 

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent n'accorde plus d'entrevue en lien avec les découvertures médicales et n'avise plus les médias par communiqué. L'établissement se contente d'indiquer, sur son site Web, les dates des ruptures de services dans les hôpitaux de son territoire.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer