Super-cliniques: plus besoin d'ouvrir 84h par semaine

Les six super-cliniques annoncées lundi à Laval pourraient... (La Presse, Hugo-Sébastien Aubert)

Agrandir

Les six super-cliniques annoncées lundi à Laval pourraient ne pas être les seules à ne pas ouvrir les soirs de fins de semaine.

La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nouveau cadre de gestion des super-cliniques ne fait plus mention de l'obligation ferme d'offrir 84 heures de service par semaine, a appris Le Soleil. Les six annoncées lundi à Laval pourraient donc ne pas être les seules à ne pas ouvrir les soirs de fins de semaine.

Le document obtenu par Le Soleil a été envoyé le mois dernier par le ministère de la Santé aux GMF qui ont signifié leur intention de devenir super-cliniques. Selon ce nouveau cadre de gestion, qui remplace la version de novembre 2016, il sera possible pour les super-cliniques d'obtenir une dérogation à l'obligation d'offrir 84 heures de service par semaine.

«Si le GMF choisit de réduire l'offre de service, il doit considérer une réduction proportionnelle du soutien professionnel et du financement. Cette dérogation a une incidence sur le choix des ressources professionnelles qui vous sont attribuées», précise le Ministère dans un document résumant le nouveau cadre de gestion des super-cliniques.

Lundi, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé l'ouverture à Laval de six super-cliniques, dont seulement deux seront ouvertes les soirs de fins de semaine, et ce, en alternance. À la députée péquiste Diane Lamarre, qui se demandait mardi en commission parlementaire si le ministre Barrette avait «plié» devant les médecins en autorisant des heures d'ouverture réduites, celui-ci a répondu qu'il n'avait pas «plié», mais «négocié un investissement flexible». «Ils ont proposé un modus operandi qui ne sera pas reproduit ailleurs», a-t-il assuré.

Puis, mercredi matin, alors qu'il était questionné en Chambre par le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, le ministre de la Santé a réitéré que «la totalité, sans exception, des prochaines super-cliniques seront ouvertes 84 heures par semaine avec des engagements formels».

Si c'est bon pour pitou...

Dans les GMF, la nouvelle sur les heures d'ouverture des six super-cliniques de Laval n'est pas passée inaperçue, alors que des cliniques ayant manifesté leur intérêt d'adhérer au programme voudraient bénéficier elles aussi d'une dérogation à l'obligation d'ouvrir les soirs de fins de semaine, selon les informations glanées par Le Soleil.

Ce qui est bon pour pitou est-il bon pour minou? avons-nous demandé mercredi à l'attachée de presse du ministre, Julie White. «Le ministre a clairement affirmé que la situation à Laval était particulière compte tenu de sa géographie», a répondu Mme White.

Questionné par Diane Lamarre pendant l'étude des crédits de son ministère, en fin d'après-midi, le ministre Barrette a affirmé qu'il n'y avait pas de nouvelle directive, que la dérogation à l'obligation d'ouvrir 84 heures par semaine était «déjà là» et que lui seul pouvait accorder cette dérogation, ce qu'il ne fera pas pour les prochaines super-cliniques qui seront annoncées, a-t-il réitéré.

Au moment d'écrire ces lignes, il n'avait pas été possible d'obtenir les commentaires de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, qui est mandatée pour négocier les conditions du programme de super-cliniques avec le ministre.

Autre modification apportée au programme : il sera possible pour les super-cliniques de «convenir d'un service de prélèvements dans les installations du réseau situées à proximité». Pour rappel, l'ancien cadre de gestion obligeait les super-cliniques à offrir un service de prélèvements sur place.

Enfin, les GMF pourront choisir des ressources professionnelles hors des CIUSSS et des CISSS (donc pas syndiquées), comme plusieurs le réclamaient. «Vous pourrez demander que le budget lié à l'octroi de ressources professionnelles soit versé, en partie ou en tout, en argent par l'établissement afin de procéder à l'embauche de ressources hors de l'établissement», précise le Ministère.

Le ministre Barrette, qui s'est engagé à ouvrir 50 super-cliniques avant le 31 décembre 2018, devrait en avoir annoncé 34 d'ici la fin de l'année. Une douzaine ont jusqu'ici été désignées. À Québec, la première super-clinique, celle de MAclinique, sur Lebourgneuf, sera annoncée jeudi après-midi.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer