Comment fumez-vous votre pot?

À un an de la légalisation du cannabis,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

À un an de la légalisation du cannabis, Santé Canada a lancé un sondage sur les habitudes de consommation des Canadiens.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Combien payez-vous votre gramme de cannabis? Utilisez-vous une pipe ou roulez-vous un gros pétard? Avez-vous déjà conduit sous l'influence du pot? À un an de la légalisation du cannabis, Ottawa veut tout, vraiment tout savoir sur vos habitudes de consommation... et vos perceptions par rapport à cette drogue.

Santé Canada a récemment lancé un vaste sondage auprès de 10 000 Canadiens pour «recueillir des données sur les taux et les modes d'utilisation du cannabis, ainsi que sur les perceptions concernant le cannabis avant la légalisation et la réglementation du cannabis», répond par courriel le ministère fédéral à une demande d'information.

Comme l'a constaté Le Soleil après avoir accédé au sondage, l'enquête comprend des questions «détaillées» sur les comportements liés au cannabis. Par exemple, on interroge l'ulilisateur sur la fréquence et la quantité consommée, la facilité d'accès, et ses comportements d'achat.

Depuis l'annonce en avril des grandes lignes du projet de loi sur la légalisation prévue en juillet 2018, plusieurs se questionnent sur le niveau de préparation du gouvernement Trudeau avec une échéance aussi serrée. Surtout qu'il manque encore beaucoup de détails sur la réglementation entourant la production, la transformation et la distribution. À la lumière du sondage, il semble aussi manquer plusieurs éléments de base.

«Le gouvernement du Canada s'est engagé à obtenir des données sur l'utilisation du cannabis par les Canadiens pour surveiller et mesurer l'impact de la légalisation, de la réglementation stricte et de la restriction de l'accès au cannabis», explique Santé Canada.

Ainsi, les sondés doivent indiquer combien ils déboursent pour obtenir du cannabis sur le marché noir et si un prix trop élevé constituerait un obstacle à s'en procurer légalement. À ce chapitre, la spécialiste des drogues, Line Beauchesne, se réjouit qu'Ottawa peaufine ses informations sur cette question fondamentale.

«L'État de Washington ne l'a pas fait et les gens sont restés sur le marché noir même si la qualité du cannabis vendu légalement était meilleure, explique-t-elle. On estime à 8,60 $ (taxes incluses) un prix au gramme intéressant pour les utilisateurs.»

Si le projet de loi prévoit dans un premier temps la vente de cannabis sous forme de feuilles ou d'huile, il ne faut pas sous-estimer l'éventuel attrait pour les produits transformés, si le gouvernement s'engage dans cette voie. Le sondage aborde ces questions. 

«L'expérience du Colorado est importante. Au début, ils n'avaient pas prévu la popularité des divers produits transformés. Ils ont dû réécrire la loi quatre ou cinq fois pour s'ajuster. Notamment pour autoriser la vente de portions individuelles dans des contenants hermétiques pour protéger les enfants», précise Mme Beauchesne.

Conduite automobile

Le questionnaire s'attarde aussi à la perception des utilisateurs sur le danger de la conduite automobile sous l'influence du cannabis. Par exemple, on leur demande s'ils ont déjà conduit après avoir consommé du cannabis seul ou mélangé à l'alcool ou à d'autres stupéfiants et s'il y a des effets nuisibles à la conduite automobile.

Enfin, un volet du questionnaire interroge les utilisateurs sur l'endroit où ils conservent le stupéfiant à la maison, les lieux où ils consomment la drogue et s'ils ont déjà eu des problèmes professionnels ou personnels liés à la consommation de cannabis. À ce chapitre, on peut déduire que les réponses obtenues aideront, comme dans le cas de la conduite automobile, à élaborer des programmes de prévention.

Pour Mme Beauchesne, il faut cesser de se demander si Ottawa sera prêt au jour un de la légalisation. Elle insiste surtout sur le fait qu'il faut «partir dans la bonne direction». Dans cette perspective, le sondage peut-être utile.

La collecte de données dure environ huit semaines. Santé Canada analysera les résultats au cours de l'été. Un rapport final devrait être rendu public à la fin de 2017.­




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer