Des médecins réclament le gel de leur rémunération

Le MQRP a rappelé que les salaires reprsentaient... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le MQRP a rappelé que les salaires reprsentaient 7 milliards $, soit 18 % du budget du ministère.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des médecins réclament une réflexion «honnête» sur leur masse salariale qui devrait aboutir à un gel de leur rémunération globale.

«Depuis la publication du budget 2017 du gouvernement du Québec, beaucoup de mystère plane sur l'avenir de la rémunération des médecins. Alors que le ministre [de la Santé, Gaétan| Barrette, dit vouloir diminuer radicalement les sommes consenties à ceux-ci lors des dernières négociations, quelques cases laissées vides dans le budget laissent présager le contraire», s'inquiète le regroupement Médecins québécois pour le régime public (MQRP) dans un texte mis en ligne dimanche soir, dans lequel il invite la population à appuyer ses propositions.

Ce que préconise MQRP, c'est un gel de la rémunération des médecins «pour mieux redistribuer ces sommes dans le système de santé et combler les besoins de la population de façon plus appropriée».

Le regroupement rappelle que la masse salariale des médecins s'élève à 7 milliards $, soit 18% du budget du ministère de la Santé, un montant «qui reflète les récentes augmentations consenties au terme d'une bataille légendaires menées par le Dr Barrette, alors président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec». 

«Celui-ci brandissait la menace de l'exode des médecins parce qu'ils seraient mieux payés hors Québec. Maintenant ministre, son discours a changé. On reconnaît certes là l'habileté d'un homme résolu à ne pas succomber au chantage qu'il a lui-même orchestré, mais nous sommes en droit d'exiger un peu plus de probité de la part de celui qui contrôle le premier poste budégtaire de l'État», écrit MQRP.

Le regroupement souligne que la réforme du ministre (la loi 20) a déjà entraîné un nombre record de départs de médecins vers l'Ontario ou vers le privé. «Ceci indique clairement que la détérioration des conditions de travail dans le réseau de la santé ainsi que les coupes successives qui ont affecté les professionnels et causé une diminution des services à la population ont un impact bien plus grand que les gros sous sur le comportement des médecins», estime-t-il.

Reproches au ministre

MQRP reproche au ministre de résumer l'accessibilité aux soins de première ligne autour de la seule inscription à un médecin de famille et de ne pas considérer suffisamment l'expertise «immense» d'autres professionnels comme les infirmières et les super-infirmières, les pharmaciens, les physiothérapeutes, les psychologues et les ergothérapeutes. 

«L'organisation des soins de première ligne devrait inclure ces services au même titre que la médecine. Or l'offre publique de ces professionnels est si pauvre que seuls les détenteurs d'assurance privée ou les gens plus fortunés y ont accès», déplore MQRP.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer