Quelle vocation pour L'Hôtel-Dieu?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À «quelques semaines» du début de la construction du mégahôpital qui poussera sur l'Enfant-Jésus, le ministre de la Santé lance un autre chantier : trouver une nouvelle vocation à L'Hôtel-Dieu, qui perdra toutes ses spécialités médicales.

À l'entrée des journalistes dans la salle où nous avions été convoqués, mercredi midi, Gaétan Barrette se berçait avec des soeurs des Augustines de Québec... C'était la mise en scène médiatique pour marquer le début des consultations sur l'avenir du vénérable centre hospitalier du Vieux-

Québec fondé par les religieuses.

«On est à quelques semaines de la première pelletée de terre du nouveau centre hospitalier», annonce M. Barrette. «On arrive au moment où il faut préparer la transition. [...] On doit, d'ici les quatre prochaines années, préparer une piste d'atterrissage qui sera ce que sera L'Hôtel-Dieu à la fin de la construction du nouveau centre hospitalier.»

S'il subsistait quelques espoirs chez des défenseurs du maintien d'un hôpital dans le Vieux-Québec, il les repousse fermement. «C'est un point de non-retour, là c'est irréversible. Il y a un nouveau centre hospitalier qui va être construit, on doit se préparer pour la nouvelle vocation.»

«Aujourd'hui, la bonne nouvelle, c'est que sur ce site, ça va continuer. [Mais], ça ne restera pas L'Hôtel-Dieu tel qu'on le connaît. Ça, je vous l'ai déjà dit, ce n'est pas possible.»

Et si le ministre répète à qui veut l'entendre que la page est blanche, qu'il n'a pas de «plan préétabli» pour l'édifice de la côte du Palais, on sait déjà que la vocation sera «santé». Gaétan Barrette confirme notamment que des soins seront toujours offerts pour les touristes et les habitants du secteur. «Il y aura ici une activité médicale de première ligne.» Une grosse clinique, en somme.

En écoutant le ministre, on comprend cependant qu'il voudra maintenir plus que quelques salles d'examens. En fait, il souhaite que L'Hôtel-Dieu devienne «une soupape» pour le réseau de la santé, qu'on y réalise des procédures médicales sans hospitalisation, voire des chirurgies d'un jour.

Des soins palliatifs?

Les Augustines, elles, ont aussi des idées bien arrêtées. «L'important pour nous, c'est qu'il reste une vocation hospitalière», note la supérieure générale, Lise Tanguay. Les soeurs voudraient qu'on aménage L'Hôtel-Dieu en milieu de vie qui se démarquerait des CHSLD. Dans une section, on pourrait prodiguer des soins palliatifs. D'autres sections seraient réservées à de jeunes hommes et femmes pas tout à fait autonomes, souvent handicapés, qui sont aujourd'hui obligés de vivre en dans les foyers pour personnes âgées faute de solution de rechange.

Voilà qui respecterait l'histoire de l'institution et serait complémentaire aux activités actuelles des Augustines, remarque Lise Tanguay. Les soeurs accueillent toujours des proches de patients de l'hôpital et voudraient poursuivre cette mission.

«L'Hôtel-Dieu de Québec mérite une attention spéciale. On est dans la ville du patrimoine mondial», ajoute Mme Tanguay. «L'Hôtel-Dieu de Québec est le premier hôpital en Amérique au nord du Mexique et on existe encore. On est sur le même lieu depuis 1644.»

Pas de budget

Le ministre Gaétan Barrette affirme qu'il est trop tôt pour évaluer le budget qui sera nécessaire à la transmutation de L'Hôtel-Dieu. 

Nous savons toutefois que le mégahôpital à naître sur l'Enfant-Jésus est évalué à 1,9 milliard $. «On est toujours dans les mêmes paramètres», dit la directrice adjointe des communications du Centre hospitalier universitaire de Québec, Geneviève Dupuis.

L'établissement attend «le go officiel» pour commencer la construction. La phase I, qui accueillera la spécialité en cancérologie de L'Hôtel-Dieu, sera livrée en 2020. La phase II s'étirera jusqu'en 2025.

Labeaume veut des travailleurs

«Notre objectif, c'est d'avoir des travailleurs, donc des gens qui vont consommer dans le Vieux-Québec. Et des résidents.» Le maire de Québec a fait son deuil d'un hôpital au coeur du Vieux-Québec. Mais il demande au gouvernement d'y maintenir des services étatiques générateurs d'emplois. «C'est tellement important pour les commerces du Vieux-Québec, que ce soit restauration, alimentation, tout ce qu'il y a autour. Alors c'est important qu'on ne perde pas de travailleurs», fait valoir Paul-Christian Nolin, l'attaché de presse du maire Régis Labeaume. Peu importe la vocation qui sera privilégiée. La Ville laisse la prérogative aux libéraux québécois. «On respecte le choix du gouvernement pour l'usage qu'il va faire de l'hôpital.» L'idée d'y maintenir une clinique médicale et  d'y greffer des unités de soins palliatifs, d'autres d'hébergement pour de jeunes handicapés sied donc bien à l'équipe municipale. «L'important, c'est que ce ne soit pas des bâtiments vides. Il faut qu'il y ait de la vie et il faut qu'il reste de nombreux travailleurs.» Une rencontre est prévue entre la Ville, la direction de L'Hôtel-Dieu et le ministre de la Santé pour peaufiner le plan.

«Une perte majeure pour le Vieux-Québec»

«On considère que c'est une perte majeure pour le Vieux-Québec. Il y a une déception.» Le président du comité des citoyens du quartier, Jean Rousseau, ne lâchera pas le morceau : il faut plus qu'une clinique médicale dans L'Hôtel-Dieu, dit-il. «C'est un prix de consolation. On peut faire plus. Une simple clinique, c'est beaucoup moins que ce que le site permet d'héberger comme services.»  Les propositions des soeurs des Augustines d'y installer un centre de soins palliatifs et un «milieu de vie» pour les jeunes handicapés sont intéressantes, ajoute-t-il. Mais il voudrait minimalement que le gouvernement y maintienne également une urgence et des services chirurgicaux de base. L'espace ne manque pas, les infrastructures sont là et l'équipement médical est encore bon, souligne-t-il. «Il est dommage qu'on considère L'Hôtel-Dieu comme un hôpital qui n'a plus sa raison d'être.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer