Avis de recherche virtuel pour des médecins de famille

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Soucieuse de contrer la pénurie de médecins de famille qui sévit dans son secteur, la clinique médicale GMF Loretteville lance une campagne de recrutement virtuelle. Grâce à cette «opération grande séduction» sur le Web, la direction compte attirer les six jeunes médecins dont elle aura besoin au cours des trois prochaines années pour pallier des départs à la retraite.

Cette première capsule, diffusée sur la page Facebook de l'organisme, donne la parole au Dr Claude Breton, un des neuf médecins de famille de la clinique. On le voit vanter la qualité de vie du quartier où sont installées plusieurs jeunes familles, ainsi que l'environnement de travail où il exerce.

Pour son confrère, le Dr Simon-Pierre Proulx, l'initiative s'imposait afin que la clinique puisse continuer à desservir adéquatement ses quelque 15 000 patients. Quatre médecins ont déjà pris leur retraite, alors que deux autres s'apprêtent à tirer leur révérence dans le courant de l'année.

«Personne ne rajeunit. La moyenne d'âge des médecins est d'environ 60 ans. Nous sommes tous des médecins avec plus de 30 ou 40 ans de pratique. Ça devient pas mal lourd pour les survivants...» glisse-t-il en entrevue au Soleil.

Les moyens habituels de recrutement (bouche-à-oreille, conférences, publicités dans les revues médicales...) ne donnant aucun résultat, la clinique Loretteville a décidé de mettre sur pied cette campagne pour faire les yeux doux aux jeunes médecins pratiquant en régions, mais susceptibles de déménager dans la capitale.

Le Dr Proulx ne cache pas qu'il faut travailler fort, plusieurs étant réticents à quitter un coin de pays qui offre une qualité de vie souvent difficile à retrouver dans une grande ville.

Compétition féroce

Or, la compétition s'annonce féroce entre les cliniques. «Partout, surtout dans la couronne nord de Québec, tout le monde cherche des médecins», explique-t-il, précisant que selon les plans régionaux d'effectifs régionaux, 10 places seulement seront ouvertes pour 2017 dans la région de la capitale.

«L'environnement de travail fait foi de tout. C'est notre défi de le faire connaître», poursuit le médecin, soulignant la présence à la clinique Loretteville, ouverte depuis une quarantaine d'années, d'une équipe multidisciplinaire (infirmières cliniciennes, dermatologue, travailleurs sociaux, orthopédagogue...).

La députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, appuie cette initiative. Si la pénurie de médecins dure depuis un moment, elle soutient que son gouvernement est à pied d'oeuvre pour trouver une solution.

«Avec l'adoption du projet de loi 20, les médecins qui reviennent pratiquer dans la région doivent s'installer là où sont les besoins selon l'évaluation faite par le CIUSSS. Sans surprise, le comté de Chauveau est un des secteurs ciblés», a-t-elle fait savoir dans un communiqué, ajoutant que la qualité de vie y est «difficile à battre».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer