Autodialyse à domicile pour éviter de rouler 1200 km... par semaine

Cyrille Gibeault estime être le premier autodialysé en... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Cyrille Gibeault estime être le premier autodialysé en Gaspésie.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sainte-Anne-des-Monts) Las de parcourir 1200 km par semaine pour recevoir des services d'hémodialyse à Rimouski, un citoyen de Sainte-Anne-des-Monts s'administre lui-même, depuis quelques jours, ses traitements à domicile. Pour ce faire, Cyrille Gibeault a dû suivre une formation pendant deux mois à L'Hôtel-Dieu de Québec. L'homme souffrant d'insuffisance rénale serait ainsi le premier Gaspésien autodialysé.

C'est en juillet que M. Gibeault a appris que sa survie dépendait désormais de l'hémodialyse. Mais l'hôpital le plus proche pouvant lui offrir ses traitements est à Rimouski, soit à 200 km de son domicile. Or, il devait parcourir 400 km par jour, à raison de trois fois par semaine, pour un total de 12 heures de route par semaine, pour recevoir ses traitements. «C'est inhumain parce qu'après le traitement, tu es fatigué et affaibli et tu dois reprendre la route pendant 200 km», déplore-t-il. L'homme recevait une allocation de 650 $ par mois pour recevoir ses soins à Rimouski. «Ça paie pas les dépenses», dit-il.

De plus, à cause de son état de santé, sa vue est trop faible et sa tension artérielle trop haute pour conduire. Par conséquent, il doit être reconduit et accompagné par une bonne amie, Lucie Provencher, qui agit à titre d'aidante naturelle auprès de lui.

«L'été dernier, dans le gros trafic de touristes qu'il y avait sur nos routes, on a failli se tuer trois fois, alors que j'avais mon petit-fils avec moi dans l'auto», raconte M. Gibeault. Il a eu une telle frousse qu'il avait alors annoncé qu'il cesserait ses traitements s'il ne pouvait pas les recevoir à l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts. Devant ce cri de désespoir, son fils, Cyrille Gibeault Junior, un citoyen de Granby lui aussi atteint d'insuffisance rénale, avait annoncé qu'il en ferait autant par solidarité pour son père. «S'ils ne reçoivent pas leurs traitements d'hémodialyse, c'est la mort au bout de huit jours», estime Mme Provencher.

Cyrille Gibeault père est donc parti en croisade pour que d'autres Gaspésiens n'aient pas à vivre la même situation que lui. Il a fait circuler une pétition pour laquelle il a recueilli 3000 signatures, tandis que son fils en a obtenu 500.

Pétitions à l'Assemblée nationale

Avec la pétition de Jean Lapointe, un autre Gaspésien qui a recueilli 8000 signatures pour revendiquer des services d'hémodialyse depuis l'an dernier à l'hôpital de Gaspé, le député de la circonscription, Gaétan Lelièvre, a déposé à l'Assemblée nationale, jeudi, les documents totalisant 11 500 signatures afin que des services d'hémodialyse soient offerts en Gaspésie. «Nous demandons au ministre de la Santé et des Services sociaux de mettre fin à cette situation inadmissible en implantant l'une ou plusieurs des alternatives suivantes : un service d'hémodialyse dans les centres hospitaliers de Gaspé et de Sainte-Anne-des-Monts, un service mobile sur le territoire ou les services à domicile adéquatement subventionnés», a énuméré le parlementaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer