Contamination à E. coli: Sainte-Anne-des-Monts en eau trouble

L'avis d'ébullition à Sainte-Anne-des-Monts pourrait demeurer en vigueur pendant... (Archives La Presse)

Agrandir

L'avis d'ébullition à Sainte-Anne-des-Monts pourrait demeurer en vigueur pendant un an.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale 

Le Soleil

(Saint-Anne-des-Monts) En moins de cinq mois, deux échantillons d'eau analysés à Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie, ont révélé la présence de la bactérie E. coli et d'entérocoques. Depuis ce temps, la Ville navigue en eau trouble puisque la source de la contamination demeure inconnue. L'avis d'ébullition pourrait demeurer en vigueur pendant un an. La chloration de l'eau est l'une des solutions envisagées, ce qui est loin de faire l'affaire de tous.

Les Annemontois sont approvisionnés en eau d'une nappe phréatique souterraine située à 30 mètres (100 pieds) de profondeur. Or, le mystère plane sur la provenance des deux bactéries décelées dans l'eau. «On ne se l'explique pas, admet le directeur général de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts, Martin Richard. On a envisagé une pièce d'équipement. On a identifié une source d'appoint qui pourrait être en cause. Mais c'est encore une source d'inquiétude.»

En avril, un premier échantillon a révélé une présence bactérienne. Au cours de l'été, la Ville a levé l'avis d'ébullition d'eau. Puis, en septembre, un deuxième test s'est avéré positif. «À partir de maintenant, on ne peut plus lever l'avis de bouillir parce qu'il y a eu une récidive de deux fois dans l'année, explique M. Richard. Ils [le ministère de l'Environnement] disent que c'est dangereux pour la santé. Ce sont les nouvelles normes mises en place.»

Beaucoup d'eau devra couler sous les ponts avant de trouver une solution qui rendra à nouveau l'eau potable. «On se doit de suivre différents processus, explique le directeur général de la Ville. Un an pour mettre en place un système de décontamination, c'est la dure réalité.»

Casse-tête dans les restos

Pendant ce temps, il n'est pas recommandé de boire l'eau, à moins qu'elle soit bouillie. Cette situation n'est pas simple pour certains lieux publics, dont les restaurants. La plupart des établissements visités par Le Soleil refusent de servir l'eau du robinet à leurs clients. Certains ont même fermé leur fontaine de boissons gazeuses puisqu'elle requiert l'utilisation d'eau. Les restaurants proposent de l'eau embouteillée, mais aux frais des clients. «On peut pas servir d'eau, confirme la serveuse d'un restaurant de l'endroit. J'ai pas le droit. Mais c'est compliqué. Ça vient qu'on patine et qu'on ne sait plus quoi dire. Il y a des gens qui vont s'empêcher de boire pour pas payer une bouteille d'eau.» Pour cette employée, la Ville devrait fournir de l'eau de source. Selon M. Richard, il n'en est pas question, alléguant que ce serait ingérable.

L'employée du restaurant déplore le manque d'information de l'administration municipale. «Quand tu te brosses les dents et que tu avales de l'eau, ça fait quoi?» s'interroge-t-elle.

Chose certaine, la Ville de Sainte-Anne-des-Monts n'aura d'autre choix que de décontaminer son eau. Certaines solutions sont envisagées, dont la chloration. Plusieurs citoyens s'y opposent. Une pétition a été mise en ligne par une citoyenne de l'endroit, Nathalie Rheault. En deux semaines, elle a récolté 160 signatures.

Exploramer, qui possède plusieurs aquariums et des bassins où vit une importante collection d'espèces marines, ne souhaite pas la chloration de l'eau puisqu'elle pourrait être fatale pour les poissons et autres espèces vivantes. «Si la Ville en venait à cette solution-là, [...] on a regardé [entre autres moyens] pour un système de prise d'eau en mer et c'est plus ou moins 50 000 $», mentionne la directrice générale de l'institution muséale, Sandra Gauthier.

Si certains citoyens s'empêchent de boire l'eau de Sainte-Anne-des-Monts, d'autres se fichent éperdument de l'avis d'ébullition et la boivent comme avant. Sur son site Web, la Ville publie les résultats d'analyse d'eau. Le dernier, qui date du 17 octobre, n'indiquait la présence d'aucune bactérie.

Avec la collaboration spéciale d'André Bécu

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer