Barrette promet des négos du «bon sens» avec les médecins

Le ministre Barrette a rappelé que d'importantes sommes... (123RF/goodluz)

Agrandir

Le ministre Barrette a rappelé que d'importantes sommes d'argent avaient été accordées depuis quelques années afin de réduire l'écart de rémunération entre les médecins québécois, les plus nombreux per capita au Canada, et ceux des autres provinces.

123RF/goodluz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le rattrapage salarial des médecins québécois étant maintenant terminé, les négociations entourant le renouvellement de leur entente avec Québec se dérouleront sous le signe du «bon sens», a promis lundi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Des négociations que l'opposition officielle voudrait voir supervisées par des experts étant donné «l'absence d'objectivité» du ministre.

En conférence de presse à Montréal pour marquer le début des négociations avec les spécialistes et les omnipraticiens, le ministre Barrette a rappelé que d'importantes sommes d'argent avaient été accordées depuis quelques années afin de réduire l'écart de rémunération entre les médecins québécois, les plus nombreux per capita au Canada, et ceux des autres provinces.

Citant les plus récents résultats de l'Institut canadien d'information sur la santé, le ministre a précisé que la part des dépenses en santé attribuables à la rémunération des médecins s'élevait maintenant à 875 $ par habitant, contre 970 $ pour l'Ontario. Une différence de 10,9 % qui correspond à la différence du coût de la vie entre le Québec et l'Ontario, a exposé le Dr Barrette.

«Maintenant que nous avons atteint la destination convenue entre les parties, notre objectif est de nous assurer que les sommes supplémentaires à investir en santé seront dévolues aux soins et aux services de santé. Il ne s'agit donc pas d'une négociation d'enrichissement, mais de bon sens», a déclaré le ministre dans un communiqué, tout en invitant les fédérations médicales à revoir le contrat social qui lie les médecins à la population. Si ceux-ci doivent pouvoir compter sur une rémunération adéquate, ils ont aussi le devoir d'assurer un niveau de service adéquat, a-t-il dit.

Pour la députée Diane Lamarre, porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, le ministre Barrette n'a pas l'objectivité nécessaire pour négocier avec les médecins, lui qui a négocié en 2014 une entente qui «ne tenait pas compte de la capacité de payer des Québécois et de l'amélioration des services à la population».

«Pendant que le ministre considérait seulement l'argent, les services et l'accès ne s'amélioraient pas au Québec, alors qu'en Ontario, ça s'est amélioré. Et on n'a pas tout mis l'argent sur les médecins, on en a mis sur les IPS [infirmières praticiennes spécialisées] : 2300 IPS en Ontario contre 300 au Québec», a rappelé Mme Lamarre en point de presse.

Gel du salaire

Le Parti québécois réclame ni plus ni moins un gel de la rémunération des médecins et la présence d'experts pour superviser les négociations, qui se déroulent actuellement «en catimini», a déploré la députée de Taillon.

De son côté, la CAQ demande que soit revu «impérativement» le mode de rémunération des médecins. «Le statu quo équivaudra à une hausse infinie de la rémunération des médecins. Il faut bonifier la rémunération pour la prise en charge réelle et réduire les paiements à l'acte», estime le député François Paradis.

Les médecins réagissent

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) reproche au ministre Barrette de faire encore une fois «cavalier seul» et d'annoncer à l'avance les résultats d'une négociation qui n'est pas commencée.

«Devons-nous prévoir encore une fois que cette négociation se terminera par une entente que le gouvernement s'empressera d'ouvrir à nouveau? [...] Comment peut-on accorder de la crédibilité à Gaétan Barrette, lui qui renie sa première signature en tant que ministre de la Santé?» demande dans un communiqué la présidente de la FMSQ, la Dre Diane Francoeur, tout en soulignant que «le réétalement de l'entente de 2006 et la clause remorque étaient les propositions du Dr Barrette».

Même son de cloche du côté de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), qui invite le ministre Barrette à respecter les ententes en vigueur «négociées de bonne foi entre les parties en 2011 et en 2014». L'écart de rémunération entre les médecins omnipraticiens québécois et leurs confrères ontariens est «beaucoup plus élevé» que 10,9 %, plaide par ailleurs la FMOQ, qui entend le démontrer «de manière claire et limpide» lors des négociations à venir.

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Les médecins au régime Barrette

    Brigitte Breton

    Les médecins au régime Barrette

    ÉDITORIAL / Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, veut freiner l'appétit salarial des médecins. Il soutient que la viabilité du système de santé... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer