É.-U.: le pesticide répandu par avion aurait maté Zika

Des médias américains avaient rapporté récemment que des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des médias américains avaient rapporté récemment que des millions d'abeilles avaient été tuées en Caroline du Sud à la suite d'un épandage de naled après la découverte de quatre cas de Zika.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un pesticide controversé répandu par avion ces dernières semaines pour détruire les moustiques porteurs du virus Zika dans le sud-est du pays a été un «facteur clé» pour venir à bout de l'épidémie naissante aux États-Unis, ont estimé vendredi les autorités sanitaires américaines.

Ce produit, répandu sous forme d'aérosol, contient du «naled», une substance interdite en Europe, et un larvicide nommé «Bti». Il a permis d'éliminer les moustiques Aedes aegypti, principaux vecteurs du virus, dans le quartier de Wynwood de Miami, a indiqué le directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Tom Frieden, lors d'une conférence de presse téléphonique.

L'application terrestre du pesticide s'est révélée peu efficace, mais son application aérienne a conduit à une «baisse rapide du nombre de moustiques», a précisé M. Frieden.

«À ce stade l'application aérienne semble être l'outil le plus efficace» et un «facteur clé» contre le virus du Zika, a affirmé M. Frieden.

Le «naled» est utilisé aux États-Unis depuis 1959 contre les moustiques, en dépit des risques qu'il présente pour les hommes et l'environnement. L'UE a banni son utilisation en 2012, mais l'Agence américaine de protection de l'environnement estime qu'il est sûr s'il est pulvérisé avec modération.

Des médias américains ont rapporté début septembre que des millions d'abeilles avaient été tuées en Caroline du Sud à la suite d'un épandage de naled après la découverte de quatre cas de Zika.

«À court terme il n'a pas été constaté une augmentation de maladies associées» au pesticide, ont relevé les CDC. Le nombre d'appels aux centres anti-poison n'a pas augmenté ni les visites aux urgences.

M. Frieden a dit comprendre ces inquiétudes mais assuré que le pesticide était pulvérisé dans un «volume très faible».

Les États-Unis ont recensé plus de 3300 cas de Zika dus à des voyages dans des pays infectées, auxquels il faut ajouter des cas de transmission locale comme en Floride, où 95 personnes ont été infectées localement.

Le Zika, qui peut se transmettre par des piqûres de moustiques ou par contact sexuel, est particulièrement dangereux pour les femmes enceintes car il est à l'origine d'anomalies cérébrales chez les foetus.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer