Aide médicale à mourir: Barrette renouvelle son appel à la prudence

Le prudence est de mise pour les médecins appelés à pratiquer l'aide médicale à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le prudence est de mise pour les médecins appelés à pratiquer l'aide médicale à mourir, a réitéré mercredi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui s'en est de nouveau pris au «flou» de la loi C-14.

Sans commenter directement le cas rapporté cette semaine par Radio-Canada concernant un homme atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) qui a fait une tentative de suicide avant de finalement réussir à l'obtenir l'aide médicale à mourir, le ministre de la Santé s'est dit d'avis en mêlée de presse que «si l'arrêt Carter avait été appliqué dans C-14, on n'aurait pas cette discussion-là».

Le problème, a-t-il répété, c'est le fameux «flou» autour du caractère «raisonnablement prévisible» de la mort. 

«Je prends toujours le même exemple extrême: je peux vous dire qu'il est raisonnablement prévisible que vous allez mourir un jour. Mais il est déraisonnable de vous dire que vous allez mourir d'un accident d'auto. [...] Maintenant, allez dire à un patient qui a une maladie et qui souffre, mais qui n'est pas du tout médicalement face à la mort, que la mort est raisonnablement prévisible», a illustré le Dr Barrette. 

Au Québec, a-t-il rappelé, tant la loi québécoise que C-14 sont appliquées. «C'est vrai que ce n'est pas simple. On a décrit le chemin qui mène au geste médical de l'aide médicale à mourir dans le cas de la fin de vie, qui est notre loi. On n'a pas décrit et encadré le chemin qui mène au suicide médicalement assisté, qui est C-14. Parce qu'au Québec, on a dit: ce n'est pas clair. La mort raisonnablement prévisible, c'est ingérable en médecine. Mais c'est permis...» a expliqué le ministre de la Santé, réitérant que lui, comme médecin, il «n'irait pas là [vers C-14]». 

«Les gens qui participent à ça ont le droit, mais c'est à leurs risques et périls. Les patients peuvent le demander, mais ils vont peut-être avoir de la difficulté à trouver» un médecin. 

Le problème, a-t-il dit, c'est qu'il y aura toujours des militants contre «ces lois-là», des gens qui n'ont «pas gagné» et qui vont vouloir «aller en cour pour remettre ça en cause». «Un médecin qui prend la direction de C-14 engage sa responsabilité professionnelle et légale», a-t-il rappelé.

«C'est pour ça que vous ne verrez pas beaucoup de médecins s'en aller là. Et c'est pour ça que je suis heureux que la Colombie-Britannique remette en cause la loi fédérale, parce que ça ne répond pas complètement à l'arrêt Carter et qu'à un moment donné, il va falloir clarifier tout ça. Et si on a des ajustements à faire un jour au Québec, ce sera quand les choses seront claires», a réitéré le ministre Barrette.

Avec Simon Boivin

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer