Entente de partenariat entre le CIUSSS et SABSA

La coopérative sans médecin SABSA, à Québec... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La coopérative sans médecin SABSA, à Québec

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une entente de partenariat a finalement été conclue entre le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale et la coopé­rative sans médecins SABSA, a annoncé mardi soir le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Dans un communiqué publié en début de soirée, le cabinet du ministre Barrette précise que la coopérative constituera «un accès additionnel au sein du réseau» et qu'elle s'inscrira donc «en continuité et en complémentarité avec les services offerts par les autres établissements».

«Je suis très satisfait que la proposition que nous avons faite à la coopérative de solidarité SABSA ait été acceptée. Ainsi, ensemble, nous allons pouvoir assurer la poursuite des activités de l'organisation, tout en agissant à l'intérieur de notre réseau de santé et de services sociaux. Cela entraînera notamment l'utilisation optimale de nos ressources communes, une réelle pratique basée sur l'interdisciplinarité, en plus de bonifier la prestation de soins et de services de première ligne offerte aux personnes vulnérables, souvent marginales et désaffiliées», a déclaré le ministre.

L'entente permettra d'assurer une partie des services professionnels de la coopérative, alors que les salaires d'un travailleur social et de l'infirmière praticienne spécialisée Isabelle Têtu seront payés par le CIUSSS. La clinique pourra également compter sur le support du CIUSSS pour l'approvisionnement en fourni­tures médicales. 

«L'entente de partenariat implique des responsabilités mutuelles entre les deux entités, tant sur le plan administratif que clinique. Le CIUSSS affectera des ressources et en assurera la gestion, le perfectionnement et le développement des compétences. De son côté, la coopérative de solidarité SABSA continuera à fournir les locaux d'intervention et à offrir l'accueil. Elle pourra donc poursuivre sa mission tout en faisant preuve d'autonomie», précise-t-on dans le communiqué.

La coop satisfaite

«Notre statut de coopérative nous permettra de continuer notre mission et d'amasser les fonds supplémentaires nécessaires à la prestation de services complets à nos 1600 patients. Nous sommes satisfaites du dénouement», a commenté Isabelle Têtu.

La campagne de socio-financement La Ruche, qui a permis de récolter 250 000$, permettra de payer une portion des coûts relatifs au fonctionnement, à la gestion et à l'embauche de ressources humaines professionnelles de la santé et administratives, a indiqué la coordonnatrice de SABSA, Emmanuelle Lapointe. «Ce sursis nous permettra de trouver une solution pérenne. Notre conseil d'administration se penche activement sur cette solution», a-t-elle précisé.

«Je suis convaincu que nous venons de créer les conditions gagnantes pour que SABSA puisse maintenir une excellente qualité de soins et de services à une clientèle ayant des besoins particuliers, et pour que notre réseau puisse interagir de la meilleure façon qui soit avec cette clientèle», a conclu le ministre Barrette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer