• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Report du transfert de ressources des CLSC vers les GMF: Barrette nie avoir donné une directive 

Report du transfert de ressources des CLSC vers les GMF: Barrette nie avoir donné une directive

Des CIUSSS et des CISSS ont repoussé l'échéance du transfert de ressources des... (Google Street View)

Agrandir

Google Street View

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des CIUSSS et des CISSS ont repoussé l'échéance du transfert de ressources des CLSC vers les GMF, prévue pour le 1er juin. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, nie toutefois avoir donné quelque directive à cet effet.

«Nous n'avons donné aucune directive en ce sens. Ce qui s'applique, c'est le cadre GMF prévu, et il y a des professionnels qui vont être transférés. Ce n'est pas un report ni un moratoire ni une suspension puisqu'on n'arrête par le processus», a dit au Soleil l'attachée de presse du ministre Barrette, Julie White.

Selon le ministère de la Santé, les transferts de travailleurs sociaux vers les GMF concernent environ 5 % des effectifs des CLSC de la province. Le Ministère évalue les besoins des GMF à 314 travailleurs sociaux et 255 autres professionnels. Les CIUSSS et les CISSS avaient en principe trois mois au 1er avril pour concrétiser le plan du Ministère.

Jeudi matin, Le Soleil rapportait que la direction du CIUSSS de la Capitale-Nationale aurait affirmé la semaine dernière au Syndicat des professionnèles de la santé et des services sociaux de Québec-Chaudière-Appalaches (SPSSS-CSN) qu'elle acceptait sa demande d'évaluer l'impact du transfert d'une quarantaine de professionnels des CLSC sur les services à la population et sur la pratique de ces professionnels.

Dans une lettre envoyée à ses membres et dont nous avons obtenu copie, le SPSSS dit avoir appris que la date pour actualiser le projet, initalement fixée au 1er juin, avait été reportée. «Nous avons aussi appris de la CSN que le ministre accorde maintenant un délai supplémentaire d'un an pour l'actualisation du projet», peut-on lire dans la missive.

Selon l'attachée de presse du ministre, «la confusion vient peut-être du fait que pour être accrédité GMF et conserver cette accréditation, le GMF doit être réévalué chaque année pour voir s'il respecte les critères et s'il a les ressources qu'il est supposé avoir».

Au CIUSSS de la Capitale-Nationale, on a préféré ne pas s'avancer sur une date butoir. «Il y a un cadre ministériel et on va le respecter. Le syndicat a fait deux demandes de moratoire auprès du conseil d'administration et ça lui a été refusé. Donc on ne parle pas de moratoire ou de suspension du transfert de ressources, mais on veut faire les choses réalistement, pas de façon précipitée. On travaille avec des humains...» a expliqué une porte-parole du CIUSSS, Karine Primard, ajoutant que le délai du 1er juin n'était «pas réaliste».

«On va essayer de faire le transfert le plus rapidement qu'on peut, on sait que c'est une priorité, mais on ne le fera pas de façon précipitée», a insisté Mme Primard, assurant par ailleurs que «ça ne prendra pas deux ans».

À l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), on confirme que d'autres établissements ont reporté l'échéance du transfert, certains à octobre, un autre à décembre.

Dans la bonne direction

Plus tôt ce mois-ci, la CSN et le Parti québécois ont réclamé au gouvernement Couillard un moratoire sur le transfert de ressources des CLSC vers les GMF le temps d'en évaluer les impacts. Joint par Le Soleil, jeudi matin, le président du SPSSS, Danny Roy, se réjouissait de l'attitude de l'employeur.

«C'est un pas dans la bonne direction, même s'il reste du travail à faire. On avait fait plusieurs représentations publiques, et l'employeur s'est mis en mode écoute et collaboration», a commenté M. Roy.

Selon le SPSSS, des chantiers au CIUSSS de la Capitale-Nationale seraient actuellement en cours pour notamment maintenir les services d'accueil, d'évaluation, d'orientation et de référence des CLSC, définir le rôle des intervenants sociaux et professionnels dans un contexte médical et offrir un soutien spécifique aux ressources déjà transférées dans les GMF.

La députée Diane Lamarre, porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, a salué la décision des CISSS et des CIUSSS qui ont choisi de prendre le temps de bien faire les choses. «Le ministre impose des choses de façon drastique. Tant mieux s'il y a des directeurs qui sont capables de voir qu'on ne peut pas transférer des ressources de façon précipitée. Ils ont utilisé leur gros bon sens parce qu'ils sont proches des patients» et des professionnels sur le terrain, a commenté la députée de Taillon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer