L'Association des médecins de CLSC s'inquiète de la migration vers les GMF

En mars, le ministre de la Santé, Gaétan... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

En mars, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait déclaré sur les ondes de Radio-Canada que les CLSC avaient été un «échec».

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Association des médecins de CLSC du Québec s'inquiète elle aussi de la migration des ressources professionnelles des CLSC vers les groupes de médecine de famille (GMF). Son président, le Dr Sylvain Dion, estime que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a raté une belle occasion de renforcer la première ligne.

En entrevue au Soleil, cette semaine, le Dr Dion a expliqué que le transfert des travailleurs sociaux et d'autres professionnels vers les GMF aurait nécessairement une influence sur le travail des médecins de CLSC qui travaillent au sein d'équipes multidisciplinaires spécifiques, notamment et surtout celles oeuvrant dans les programmes de santé mentale, de maintien à domicile ou destinés aux jeunes en difficulté.

«Dans Chaudière-Appalaches, on parle d'une trentaine de travailleurs qui seraient transférés, c'est beaucoup. Notre crainte, c'est que ça affecte certains services», a dit le Dr Dion, qui pratique au CLSC de Lac-Etchemin.

Le président de l'Association n'a rien contre le fait que des travailleurs sociaux et d'autres professionnels se greffent aux équipes des GMF, au contraire. «Il faut supporter la pratique des médecins en équipe, en interdisciplinarité. Mais là, on déshabille Jean pour habiller Paul. Si on transfère un trop grand nombre de ressources, on va avoir un problème d'accès à un moment donné dans les CLSC», craint le Dr Dion.

En mars, le ministre Barrette avait déclaré sur les ondes de Radio-Canada que les CLSC avaient été un «échec». «Le concept initial du CLSC, ça n'a pas réussi, ça a été un échec, disait-il. Maintenant, ce qu'on a réussi à faire au Québec, c'est de mettre en place les GMF. Mais il leur manque un pas, le travail en équipe. [...] Et c'est le modèle qu'on veut développer», disait le ministre.

Pour le Dr Sylvain Dion, «si on avait voulu que les CLSC fonctionnent, il aurait fallu un développement plus harmonieux». «Il y a des CLSC qui ont été capables de maintenir des équipes de médecins, comme au CLSC de Lac-Etchemin, et d'autres, qu'on appelait les CLSC "sociaux", pour qui des médecins faisaient seulement des visites de temps en temps», rappelle le Dr Dion, selon qui il est un peu court d'attribuer l'«échec» des CLSC au refus des médecins de s'y engager.

«Dans les années 80-90, il y avait des CLSC sociaux qui n'en voulaient pas, de docteurs, contre qui il y avait certains préjugés. [...] Et il avait des coûts à la présence de médecins dans les CLSC, notamment reliés au travail de secrétariat, que le gouvernement ne finançait pas. Beaucoup de CLSC n'ont pas de service de secrétariat stable, ce qui n'est pas très pratique pour un médecin qui suit des centaines de patients... Alors dans les années 2000, les médecins se sont mis à bouder les CLSC pour aller dans les GMF», analyse le Dr Dion.

CLSC mal-aimés

À la décharge du ministre Barrette, le médecin rappelle qu'«il n'y a pas beaucoup de ministres qui sont montés aux barricades pour sauver les CLSC». Selon lui, le premier grand coup asséné aux CLSC l'a été au début des années 2000, lorsqu'on a décidé de les fusionner avec les hôpitaux. «Par la suite, on a vu les budgets des CLSC amputés. Et parallèlement, le réseau des GMF s'est développé», dit le Dr Dion.

L'érosion des CLSC n'a pas commencé avec le ministre Barrette, donc, «mais en transférant des ressources vers les GMF, c'est comme s'il faisait abstraction du travail qui se fait dans les CLSC», estime le Dr Dion.

Selon le ministère de la Santé, les transferts de travailleurs sociaux vers les GMF concernent environ 5 % des effectifs des CLSC. Le ministère de la Santé évaluait les besoins des GMF à 314 travailleurs sociaux et 255 autres professionnels, mais les chiffres obtenus par Le Devoir auprès des établissements de santé au début du mois font plutôt état de 345 travailleurs sociaux et de 240 autres professionnels transférés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer