Exclusif

Moratoire réclamé sur le transfert des professionnels des CLSC vers les GMF

Le Syndicat des professionèles de la santé et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Syndicat des professionèles de la santé et des services sociaux de Québec-Chaudière-Appalaches craint que le ministre Gaétan Barrette ait l'intention de privatiser les services sociaux québécois.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La CSN et le Parti québécois (PQ) réclament un moratoire sur le transfert des ressources professionnelles des CLSC vers les groupes de médecine de famille (GMF) le temps d'évaluer l'effet de cette mesure sur la population et les intervenants du réseau.

Une pétition à cet effet sera mise en ligne vendredi matin, a appris Le Soleil. La CSN et le PQ tiendront également une conférence de presse pour officialiser leur demande.

Le Syndicat des professionèles de la santé et des services sociaux (SPSSS-CSN) de Québec-Chaudière-Appalaches craint que la décision «unilatérale» du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de transférer des ressources des CLSC vers les GMF provoque un problème d'accès à certains professionnels, notamment et surtout aux travailleurs sociaux.

Or «les travailleurs sociaux dans les CLSC, c'est souvent une porte d'entrée» vers d'autres ressources du réseau, a rappelé en entrevue le président du SPSSS de Québec-Chaudière-Appalaches, Danny Roy. 

Jusqu'ici, entre 40 et 45 travailleurs sociaux de la région seraient transférés des CLSC, qui en compte une soixantaine, vers les GMF. Une dizaine d'autres professionnels (en nutrition et en ergothérapie, notamment) pourraient subir le même sort. 

«Actuellement, dans les CLSC, c'est 20 minutes d'attente pour voir un travailleur social. On se présente, pas besoin de rendez-vous. En GMF, il faut passer par son médecin - donc prendre rendez-vous avec lui, ce qui peut prendre deux mois - pour qu'il nous réfère à un travailleur social», illustre Danny Roy, qui rappelle que pour voir un travailleur social en GMF, encore faut-il y être inscrit. 

Système déjà engorgé

En plus de déshabiller les CLSC pour habiller les GMF, «le ministre prend un système qui fonctionne bien pour l'imbriquer dans un système bien engorgé», déplore le président du SPSSS. M. Roy note également que la clientèle des GMF n'est généralement pas celle qui nécessite le plus les services des travailleurs sociaux, auxquels ont surtout recours des gens vulnérables, souvent sans médecin de famille.

Le représentant syndical en a aussi contre le fait que «dorénavant, les médecins vont détenir une autorité fonctionnelle sur les travailleurs sociaux», qui ont beaucoup plus d'autonomie dans les CLSC, souligne-t-il. 

«On est en train de jouer à la roulette russe avec les services offerts à la population, et rien ne nous dit que ça va être profitable», déplore M. Roy, pour qui les intentions du ministre Barrette apparaissent claires: «Il veut privatiser les services sociaux, en plus de la santé.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer