• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Les médecins s'en prennent à un chercheur qui étudie leur mode de rémunération 

Les médecins s'en prennent à un chercheur qui étudie leur mode de rémunération

Au cours d'un entretien avec Le Soleil, lundi, la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Au cours d'un entretien avec Le Soleil, lundi, la directrice des communications de la FMSQ, Nicole Pelletier, a expliqué que Damien Contandriopoulos avait «juste une opinion, et c'est de mettre les médecins à salaire».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans des lettres adressées au Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE), la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et celle des médecins omnipraticiens (FMOQ) s'en prennent à la crédibilité du chercheur de l'Université de Montréal Damien Contandriopoulos, estimant qu'il n'a pas le recul nécessaire pour mener des travaux sur la rémunération des médecins. Ayant pris soin de mettre en copie le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, et le pdg de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), Jacques Cotton, la FMSQ va ni plus ni moins jusqu'à «exiger» que le chercheur soit écarté de ces travaux.

Ces lettres datées de novembre et décembre 2014, décembre 2015 et janvier 2016 ont été rendues publiques samedi par le chercheur lui-même sur le blogue de la Chaire de recherche Politiques Connaissances Santé (PoCoSa), dont il est le titulaire.

Les missives s'inscrivaient dans une démarche du CSBE invitant les deux fédérations à faire partie du comité de suivi en lien avec l'attribution de deux subventions du Fonds de recherche du Québec - Société et Culture pour des projets portant sur les modes de rémunération des médecins. L'une des subventions (250 000 $) a été accordée à l'équipe du chercheur Contandriopoulos.

«La FMSQ s'étonne et ne peut d'aucune manière cautionner l'octroi de ce contrat au chercheur pour des raisons qui nous apparaissent évidentes. Nous sommes d'avis que M. Contandriopoulos n'a ni l'objectivité ni la rigueur intellectuelle requises pour traiter adéquatement de ce sujet», écrit notamment la FMSQ, selon qui les a priori du chercheur sont «clairement biaisés».

Au cours d'un entretien avec Le Soleil, lundi, la directrice des communications de la FMSQ, Nicole Pelletier, a expliqué que Damien Contandriopoulos avait «juste une opinion, et c'est de mettre les médecins à salaire». «Il fait sa carrière sur des commentaires qu'il tient à gauche et droite contre les médecins. Il est connu pour ses idées très arrêtées», a dit Mme Pelletier.

Dans sa lettre datée du 26 novembre 2014, la FMSQ «exige que Damien Contandriopoulos soit écarté des travaux visant l'analyse des impacts de la rémunération des médecins sur leur pratique et la performance du système de santé au Québec». «Advenant le cas où ce dernier accomplissait ce mandat, sachez que la FMSQ n'hésiterait pas à intervenir sur la place publique pour dénoncer ses positions extrêmes qui enlèvent toute crédibilité à ses futurs résultats», avertit-elle.

Dans sa réponse, le CSBE écrit que le processus d'évaluation des projets s'est déroulé de façon juste et rigoureuse, que les deux équipes avaient obtenu «les meilleures notes» et qu'elles respectaient les dispositions relatives à l'éthique et à la conduite responsable en recherche.

Quelques réunions

En dépit de ses réserves, la FMSQ a accepté de participer à quelques réunions du comité chargé de suivre l'évolution du projet de recherche de M. Contandriopoulos avant de finalement se retirer. «Nous ne saurions cautionner ces travaux puisque les conclusions sont déjà écrites à l'avance», tranche la FMSQ dans une lettre au CSBE datée du 1er décembre 2015.

La FMOQ a décidé elle aussi de se retirer du comité pour les mêmes raisons. «Nos constats des derniers mois nous portent à conclure que M. Contandriopoulos [...] ne possède pas, à nos yeux, le recul nécessaire» pour mener des travaux sur la rémunération des médecins, écrivait-elle le 26 janvier dernier.

Dans un courriel envoyé au Soleil lundi, le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion, assure que la Fédération a «toujours eu de très bonnes relations avec le CSBE» et qu'elle est ouverte «à toute discussion sur les modes de rémunération». 

Sauf que «le chercheur en question a montré à plusieurs reprises son antipathie avec les médecins», ajoute M. Dion. «Dans ce contexte, il était hors de question de participer à des travaux, subventionnés par les fonds publics en plus, dont les conclusions anti-médecin étaient écrites d'avance», explique-t-il.

Pour rappel, Québec a annoncé la cessation des activités du CSBE dans son dernier budget. La mission sera confiée au ministère de la Santé et à l'Institut national d'excellence en santé et services sociaux.

Le chercheur Damien Contandriopoulos... (Tirée de YouTube) - image 2.0

Agrandir

Le chercheur Damien Contandriopoulos

Tirée de YouTube

Le chercheur défend sa crédibilité

S'il est rassuré d'avoir pu conserver sa subvention de recherche, le chercheur Damien Contandriopoulos juge profondément troublant que la FMSQ ait tenté de l'écarter des travaux du CSBE.

«Au moins, le système a fonctionné. Sauf qu'un syndicat de médecins ne devrait pas se sentir habilité à demander qu'une subvention accordée à un chercheur lui soit retirée», a fait valoir M. Contandriopoulos en entrevue au Soleil, lundi. Selon lui, les deux fédérations de médecins savent très bien que le contenu des travaux de son équipe est «plus sophistiqué et nuancé que la caricature qu'elles en font». Il rappelle que remettre en cause le paiement à l'acte est une tendance mondiale, pas un «biais». 

«Selon elles, avoir une opinion, même une opinion d'expert, fondée sur des travaux scientifiques antérieurs, est un "biais". Un biais suffisamment grave pour que cela empêche le chercheur affligé de cette horrible tare d'avoir déjà étudié le sujet, de pouvoir par la suite y comprendre quoi que ce soit. Selon cet original point de vue, la recherche devrait donc toujours être conduite par des gens qui ne connaissent rien au sujet», écrit le chercheur sur le blogue de la chaire de recherche PoCoSa.

«Le respect des pratiques scientifiques et le sérieux des efforts pour contrôler les biais sont le coeur de l'éthique professionnelle d'un chercheur. Un scientifique qui n'aurait pas, comme principes fondamentaux, la recherche de la vérité et le respect des faits serait un imposteur. En essayant de me discréditer sur ces plans, les fédérations cherchent à tuer des idées en s'en prenant au messager», ajoute-t-il.

Censure

Le chercheur s'inquiète du recours à la censure «comme stratégie politique». Il s'en prend à la FMSQ, qui a pris la peine d'envoyer «des lettres extrêmement négatives» à son endroit «à des gens qui ont potentiellement une influence sur mes travaux de recherche, comme le pdg de la RAMQ et le scientifique en chef du Québec, qui est à la tête des trois Fonds de recherche de la province». 

Selon lui, «l'objectif parfaitement explicite de ces lettres est de contribuer à compliquer la réalisation de mes travaux de recherche présents et futurs». Pour ce faire, «le moyen choisi est l'attaque ad hominem, déplore-t-il. Ce ne sont pas tant les idées que j'ai pu défendre qui sont attaquées, mais moi comme personne et comme chercheur.»

M. Contandriopoulos, qui a notamment mené des travaux sur la clinique sans médecin SABSA, rappelle qu'un des objectifs principaux de la Chaire est de «contribuer à augmenter l'influence des résultats scientifiques dans les pratiques, les décisions et les politiques de santé». 

«Nous jouons donc, par définition, dans des plates-bandes "politiquement sensibles"», conclut-il. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer