Hausse du salaire des médecins: porte «plus fermée qu'ouverte», dit Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, assure que la porte est «plus fermée... (123RF/Vadim Guzh)

Agrandir

123RF/Vadim Guzh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, assure que la porte est «plus fermée qu'ouverte» quant à l'éventualité d'une nouvelle hausse de la rémunération des médecins.

Le ministre Barrette a donné cette assurance pendant la période de questions de l'Assemblée nationale, mercredi matin, alors qu'il était invité par la députée Diane Lamarre à préciser sa pensée à la suite de ses propos tenus la veille en marge du caucus libéral. Le ministre n'avait alors pas exclu une hausse de la rémunération des médecins si ceux-ci faisaient la démonstration «à la Einstein» qu'ils ont un écart à combler par rapport au reste du Canada.

«Je ne vois pas, dans ma boule de cristal, devant moi, quelque rattrapage que ce soit à être fait, si je prends en considération les 5,25 % et ce qui reste dans les ententes à recevoir à venir. Alors si jamais il arrivait que quelqu'un me faisait une démonstration einsteinienne, bien peut-être que là...» avait dit le ministre Barrette, tout en insistant sur le fait que l'heure était maintenant à la «livraison» pour les médecins.

Mercredi, il a assuré que ses propos ressemblaient «plus à une porte fermée qu'à une porte ouverte». Lorsque Diane Lamarre lui a demandé s'il pouvait alors s'engager à ne pas hausser la rémunération des médecins, le ministre a répondu qu'il pouvait dire «de façon très claire qu'il y aura une négociation» et que cette négociation «pourrait être à la baisse, ça se peut». «Ce que j'ai dit, c'est que la porte était essentiellement fermée», a-t-il insisté.

La négo, a-t-il ajouté, «se fera sur la livraison des services», ce qui, selon lui, «s'incarne très bien dans la loi 20». 

Le ministre Barrette s'est par ailleurs montré piqué au vif quand la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé lui a demandé s'il excluait aussi «d'autres formes de rémunération, comme par exemple ajouter au remboursement des frais pour des cliniques privées ou des frais pour d'autres cliniques, comme il s'apprêtait à le faire avec les trois cliniques, Rockland, Dix30 et OPTILAB». 

«La députée de Taillon vient de me reprocher d'augmenter la capacité chirurgicale du Québec en faisant affaire avec des endroits où il y a des salles d'opération additionnelles pour opérer plus de patients qui sont sur les listes d'attente. Le Parti québécois, pour des raisons idéologiques, refuse d'emprunter des voies qui vont permettre aux gens qui attendent sur des listes d'attente d'être opérés. C'est quoi, cette politique-là?» a répliqué le ministre Barrette.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer