• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Le problème est l'application du mode de rémunération des médecins, dit Barrette 

Le problème est l'application du mode de rémunération des médecins, dit Barrette

Le ministre Gaétan Barrette répond aux questions des... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette répond aux questions des journalistes peu avant une réunion du caucus libéral.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le problème, ce n'est pas le mode [de rémunération des médecins]. C'est la façon d'exercer le mode.»

C'est la réponse qu'a servie le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à une question du député de Lévis, François Paradis, qui voulait savoir ce que le ministre attendait pour revoir le mode de rémunération des médecins. Le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de santé faisait référence à un article publié mardi dans le Journal de Québec selon lequel les omnipraticiens ont encaissé des primes de 1,5 milliard $ au cours des cinq dernières années. 

«Or, ce n'est pas tout. La CAQ a reçu hier de la RAMQ de nouvelles données exclusives. Depuis huit ans, le gouvernement a versé 72 % plus d'argent en rémunération aux médecins de famille, ce qui représente 1 milliard $. Or, pendant ce temps, le nombre d'actes médicaux n'a augmenté que de 8 %. Seulement 8 % plus d'actes médicaux pour 72 % d'augmentation de salaire, le ratio est faible. La racine du problème est pourtant connue : il faut revoir le mode de rémunération à l'acte, qui est archaïque», a plaidé M. Paradis, tout en rappelant au Dr Barrette qu'il défendait lui-même la révision du mode de rémunération des médecins en 2012, «mais il ne le fait plus depuis sa volte-face politique de 2014».

«En 2012, il me semble que déjà là je proposais des choses qui avaient un certain niveau d'agressivité par rapport aux médecins, et je garantissais à l'époque la possibilité d'avoir un médecin de famille à chaque citoyen. Or, il se trouve qu'aujourd'hui, avec le projet de loi 20 qui est un changement majeur, et dans l'histoire du paiement de la RAMQ du Québec, c'est le projet de loi qui a le plus de garanties écrites pour avoir des services. Comment plus agressif faut-il être? Est-ce que la CAQ va nous proposer la conscription médicale?» a rétorqué le ministre Barrette, qui souhaite «qu'on attende de voir les résultats avant de critiquer».

À la députée Diane Lamarre, qui ne comprend pas qu'on ait donné 1,5 milliard $ de primes en cinq ans aux médecins «sans aucune amélioration de l'accès» et qu'on refuse de donner un quart de million de dollars à SABSA «alors que ça a déjà augmenté l'accès», le ministre Barrette a rappelé que le PQ n'avait rien fait pour abolir ces primes à l'époque où il était au pouvoir. «Est-ce que le PQ a changé quelque chose dans le mode de rémunération des médecins? Est-ce qu'il a voulu changer les règles pour que la productivité augmente? La réponse, c'est non», lui a renvoyé le ministre.

En point de presse, le député solidaire Amir Khadir a saisi la balle du ministre au bond. «Le malheur aujourd'hui de l'opposition officielle, c'est que sa pratique du pouvoir ne permet malheureusement pas une critique sincère, solide, inattaquable des pratiques gouvernementales», a déploré le député de Mercier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer