Une clinique médicale sur Maguire

Le président du Groupe Santé Expert, Daniel Vermette,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le président du Groupe Santé Expert, Daniel Vermette, estime que la venue d'une clinique médicale regroupant une douzaine de médecins contribuera à la revitalisation de l'avenue Maguire.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'édifice Beaubourg de l'avenue Maguire prendra un nouveau visage, au début de l'automne, avec l'ouverture d'une clinique médicale qui regroupera une douzaine de médecins. Pour le promoteur du projet, il s'agit d'une excellente nouvelle pour l'artère commerciale du quartier Sillery qui cherche un second souffle et à «redéfinir son image».

En entrevue exclusive au Soleil, Daniel Vermette, président du Groupe Santé Expert, explique que les six médecins du Groupe de médecine familiale (GMF) de la clinique Sheppard, située sur la rue du même nom, prendront possession des lieux en septembre, appuyés par une demi-douzaine de collègues venus en renfort.

Pour M. Vermette, un pharmacien de formation recyclé depuis 10 ans dans la gestion des cliniques médicales, le centre de soins de la rue Sheppard était arrivé à la croisée des chemins, l'immeuble situé au coeur d'un quartier résidentiel ayant atteint sa capacité d'accueil, en plus de ne pouvoir répondre adéquatement aux besoins des patients venus en voiture.

«C'était une question de vie ou de mort, mentionne-t-il. Soit la clinique s'éteignait, soit elle se mettait à la page en déménageant sur une artère connue, qui offre du stationnement, afin de devenir plus visible, plus attractive.»

Virage important 

Pour M. Vermette, le système de santé québécois «est à l'aube d'un virage important» où les cliniques sont appelées à jouer «un rôle de premier plan». Plus de 80 % des consultations en médecine générale et près de 40 % des consultations en spécialité sont effectuées en cliniques, précise-t-il.

«Les médecins sont forcés de se regrouper, sinon ils sont pris à gérer un paquet d'employés et à faire de plus en plus d'administration. Ils ont alors moins de temps pour voir des patients.» Or, ajoute M. Vermette, avec la loi 20, les médecins ont maintenant l'obligation de prendre en charge davantage de patients. «Aujourd'hui plus que jamais, pour bien gérer et soigner, il faut un minimum d'organisation. Nous venons en support aux médecins afin qu'ils se consacrent à 100 % à faire de la médecine.»

Instigateur des cliniques Saint-Louis, sur le chemin Saint-Louis, et des Ponts, sur la Rive-Sud, Daniel Vermette n'exclut pas que d'autres professionnels de la santé se greffent à la clinique Maguire, une éventualité qui ne peut qu'être annonciatrice de lendemains qui chantent pour l'artère commerciale. «Nous arrivons alors que la rue cherche à se donner une nouvelle image. Une clinique, ça donne beaucoup de visibilité. Ça va mettre Maguire en évidence. Ça devrait avoir un impact positif pour les commerçants.»

Un investissement d'environ 1 million $ sera nécessaire pour aménager de nouveaux locaux, essentiellement au troisième et quatrième étage de l'édifice Beaubourg. «On va aussi refaire un lifting extérieur», explique M. Vermette, précisant que les 80 espaces de stationnement attenants à l'immeuble sont «suffisants» pour accueillir la clientèle. En outre, un ascenseur permettra de faciliter l'accès pour les personnes à mobilité réduite. Les travaux devraient être terminés à temps pour la rentrée de septembre. 

Construit en 1987, l'édifice Beaubourg peine depuis plusieurs années à attirer des locataires. Le taux d'occupation atteint à peine 20 %. Le vaste local du Jardin Mobile, fermé en janvier 2015, n'a toujours pas trouvé preneur. Le départ du Starbucks, en septembre dernier, avait été un autre coup dur. À l'heure actuelle, l'édifice est occupé par la pharmacie Champagne (depuis 1995), le bistro italien Paparazzi, un salon de coiffure, un dentiste, un psychologue et un atelier d'arts visuels.

La pharmacie Sheppard reste ouverte 

À la faveur de la refonte du Beaubourg, la pharmacie Champagne, qui occupe 5000 pieds carrés au sous-sol de l'immeuble, prendra de l'expansion. Les copropriétaires Sylvie Champagne et Jean Ouellet pensent agrandir la superficie de leur commerce de 20 % en empiétant sur une partie du local de l'ancien Jardin Mobile, mais la décision finale n'a pas encore été prise. «Ce n'est pas définitif. On est encore à travailler sur les plans.»

Le déménagement de la clinique Sheppard ne signifie nullement l'arrêt de mort de la pharmacie située au rez-de-chaussée. «C'est une pharmacie de proximité qui existe depuis 50 ans et nous tenons à y rester pour répondre aux besoins d'une certaine clientèle. Le comptoir postal attire aussi beaucoup de monde. À court terme, on ne fermera pas.»

La présidente de la Société de développement commercial Maguire, Isabelle Drolet, a préféré réserver ses commentaires pour la conférence de presse de jeudi, à laquelle participeront le député et ministre de Jean-Talon, Sébastien Proulx, et le conseiller municipal de Saint-Louis-Sillery, Paul Shoiry.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer