La population de Québec appuie SABSA

Marie-Christine Leclerc fait partie de l'équipe multidisciplinaire de... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Marie-Christine Leclerc fait partie de l'équipe multidisciplinaire de la clinique SABSA et reçoit Brigitte en consultation.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un sondage Léger mené pour le compte de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) révèle sans grande surprise que la population de Québec appuie les cliniques d'infirmières et qu'elle est en désaccord avec le refus du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de financer SABSA. Des résultats qui n'émeuvent pas le ministre.

Le sondage réalisé entre le 22 et le 24 mars auprès de 503 résidents de la capitale montre que près de 80 % d'entre eux aimeraient pouvoir consulter et se faire soigner dans une clinique d'infirmières. 

Les personnes interrogées se sont également dites en désaccord, dans une proportion de 64 %, avec la décision du ministre Barrette de ne pas financer la clinique de proximité SABSA, menacée de fermeture le 1er mai. 

«Ce que le sondage dit, c'est que la population veut que SABSA survive. Elle comprend qu'on n'a pas forcément besoin du médecin, que c'est un modèle complémentaire au réseau, que ça répond à des besoins et qu'en plus, on économise de l'argent», a dit la présidente de la FIQ, Régine Laurent, en marge d'une conférence de presse, mardi. 

Mme Laurent voudrait voir le Québec emboiter le pas à l'Ontario et à plusieurs États américains, qui ont développé des cliniques d'infirmières et où «ça se passe très bien». «On sait que le gros problème au Québec, c'est l'accès aux soins de première ligne. Pourquoi la porte d'entrée ne serait pas les IPS? Pourquoi, quand il s'agit de rémunération des médecins, le ministre est capable de comparer le Québec à l'Ontario, mais que ça ne fonctionne pas pour les IPS?» demande la présidente de la FIQ.

Le ministre de la Santé ne voit pas du tout les choses du même oeil. «Dans les autres provinces, ça ne fonctionne pas aussi bien que ça [les cliniques d'infirmières]. Ça génère des consultations supplémentaires parce qu'il n'y a pas de travail intégré. Ça n'a pas donné l'effet escompté», a-t-il dit au cours d'un entretien avec Le Soleil, mardi. 

Pour lui, le sondage de la FIQ ne fait que démontrer que la population veut un meilleur accès aux soins de proximité, «et c'est ce à quoi je travaille, et je le travaille dans un modèle qui est celui que vous connaissez [le GMF]». 

Pas de réseau parallèle

Selon le ministre Barrette, «ce que la FIQ et les infirmières de SABSA veulent, c'est un réseau parallèle, et ça n'arrivera pas». «Elles ne veulent pas être attachées à personne. Elles ne veulent pas être dans un GMF. [...] C'est elles, le problème. La FIQ joue bien son jeu, elle a lancé un projet-pilote pour forcer quelque chose, et ça n'arrivera pas», a tranché le ministre.

Interrogé sur la possibilité que les infirmières de SABSA conservent leurs locaux tout en étant affiliées à un GMF, le ministre Barrette a répondu que «techniquement, je n'ai pas de problème avec ça». «C'est le principe du CLSC qui envoie des infirmières à domicile. Elles ne sont pas indépendantes du réseau quand elles vont à domicile», a-t-il illustré.

Par contre, quand on a «un budget séparé, un ordinateur séparé, une imprimante séparée, un système de rendez-vous séparé et une équipe séparée, on est dans un réseau parallèle à partir duquel on doit consulter un autre réseau quand on a des problèmes, et je ne veux pas de ce modèle-là», a expliqué le ministre Barrette.

Campagne de financement

Une collecte de fonds privée pour sauver SABSA devrait par ailleurs être lancée mercredi. La campagne, qui vise à amasser quelque 250 000 $ et qui transitera par la plateforme de sociofinancement La Ruche, est une initiative d'un petit groupe dont fait partie un des fondateurs de Cossette, Pierre Delagrave.

Présomption d'innocence réclamée pour les infirmières

La présidente de la FIQ, Régine Laurent, demande que la «présomption d'innocence» dont jouit le ministre Sam Hamad s'applique aussi aux infirmières lorsqu'elles font l'objet d'une enquête. «Devant le choix qu'a fait M. [Philippe] Couillard et son gouvernement de maintenir M. Hamad avec tous ses privilèges et son salaire, je m'adresse au ministre de la Santé et je lui dis clairement que c'est terminé : plus jamais je ne vais tolérer dans le réseau de la santé qu'une professionnelle soit suspendue sans salaire», a dit Régine Laurent lors d'une conférence de presse sur l'avenir de la coopérative SABSA, mardi. Selon elle, les professionnels en soins voient presque automatiquement leurs salaires coupés «la journée même» quand un employeur veut faire enquête «pour toutes sortes de raisons, parfois très farfelues, parfois sérieuses».

Une loi pour contrer la fraude dans la rémunération des médecins

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, déposera mercredi un projet de loi «visant à accroître les pouvoirs de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) et modifiant diverses dispositions législatives». La RAMQ réclame depuis plus de trois ans des pouvoirs accrus pour contrer la fraude dans la rémunération des médecins, une position qu'elle a redéfendue en commission parlementaire plus tôt cette année. Dans un rapport déposé l'automne dernier, la vérificatrice générale Guylaine Leclerc avait conclu que la RAMQ ne prenait pas suffisamment en compte les risques d'erreur ou de fraude relatifs à la rémunération des médecins, alors que celle-ci représente 62 % de ses dépenses de programme. En mêlée de presse, mardi, le ministre Barrette n'a pas voulu préciser la teneur du projet de loi, rappelant que ce serait faire «outrage au parlement» d'en faire la description avant de le déposer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer