Vague de suicides à Kuujjuaq: ressources spécialisées demandées

Depuis décembre, pas moins de cinq jeunes se... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Depuis décembre, pas moins de cinq jeunes se sont enlevé la vie à Kuujjuaq (photo), un village de 2500 habitants où le taux de suicide est 25 fois plus élevé que dans le reste du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une campagne de recrutement de ressources spécialisées dans la prévention du suicide est en cours actuellement pour contrer ce fléau qui bouleverse les jeunes et les familles de Kuujjuaq depuis décembre.

Vendredi, le ministère de la Santé a envoyé une communication à tous les directeurs des ressources humaines des CISSS et des CIUSSS du réseau ainsi qu'à différents ordres professionnels (Ordre des psychologues, Ordre des psychoéducateurs, Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, etc.) afin de répondre rapidement aux besoins criants exprimés par la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik (RRSSSN), a appris Le Soleil.

Celle-ci a demandé que des ressources professionnelles supplémentaires ayant une expertise dans le domaine de la prévention du suicide et pouvant être disponibles jusqu'en août 2016, «avec possibilité d'extension», s'ajoutent à l'équipe en place. 

Taux anormalement élevé

Depuis décembre, pas moins de cinq jeunes se sont enlevé la vie à Kuujjuaq, un village de 2500 habitants où le taux de suicide est 25 fois plus élevé que dans le reste du Québec. En l'espace de seulement huit semaines, trois jeunes de 16, 18 et 19 ans, dont l'acteur bien connu au Nunavik Lukasi Forrest (Uvanga), se sont suicidés. On calcule qu'à l'heure actuelle, 80 Inuits de cette communauté présentent un haut risque de suicide.

Comme le rapporte Santé Canada sur son site Internet, «les traumatismes ont un puissant effet d'entraînement dans les petites communautés autochtones très unies, ce qui explique peut-être les épidémies de suicide».

La RRSSSN offre le logement et une indemnité d'isolement aux professionnels qui se déplaceront dans le Nord, selon l'offre d'emploi de psychologue consultée par Le Soleil.

«Le Ministère est très sensible à la situation vécue par cette communauté et offre son entière collaboration à la RRSSSN. Dès que le Ministère a été saisi de la situation, il est intervenu de manière proactive en formant une cellule de crise regroupant plusieurs acteurs de divers milieux : santé publique, santé mentale, affaires autochtones, etc. Le Ministère a également fait appel à l'Association québécoise de la prévention du suicide afin de mettre à profit son expertise», a indiqué au Soleil une porte-parole du ministère de la Santé, Caroline Gingras.

Kuujjuaq n'est pas le seul village autochtone touché par le fléau du suicide. Dans la communauté innue d'Uashat-Maliotenam, sur la Côte-Nord, cinq personnes se sont enlevé la vie en 2015. Le Bureau du coroner a été mandaté pour mener une enquête publique sur ces décès.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer