La Coalition Priorité Cancer craint aussi les pénuries de médicaments

Dans son mémoire déposé jeudi, la Coalition rappelle... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans son mémoire déposé jeudi, la Coalition rappelle certains incidents survenus au cours des dernières années, dont la pénurie de Paclitaxel, un médicament utilisé pour les cancers du sein, du poumon et des ovaires, survenue en juin 2014.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À l'instar d'autres groupes et associations qui ont été entendus en commission parlementaire, la Coalition Priorité Cancer au Québec s'inquiète des pénuries que pourrait engendrer un système d'appel d'offres pour l'achat de médicaments.

Dans son mémoire déposé jeudi, la Coalition rappelle certains incidents survenus au cours des dernières années, dont la pénurie de Paclitaxel, un médicament utilisé pour les cancers du sein, du poumon et des ovaires, survenue en juin 2014. 

La pénurie avait été causée par l'incapacité du fournisseur d'honorer son contrat avec les hôpitaux québécois après que Santé Canada eut détecté des anomalies dans la production du médicament, relate la Coalition. Résultat : le fournisseur qui l'a remplacé a fait grimper de façon draconienne le prix du médicament.

L'organisme souligne qu'en 2012, le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes a déposé un rapport sur l'approvisionnement en médicaments au Canada dans lequel étaient énumérées les causes possibles de pénuries. On y mentionnait que la passation de contrats à fournisseur unique constituait la cause de perturbations de l'approvisionnement la plus facile à éliminer.

La Coalition se réfère également à un document publié sur le site Web de Santé Canada qui cible lui aussi comme cause de pénurie le recours à un fournisseur unique pour l'achat de médicaments. 

Santé «compromise»

Pour le président du Comité des patients et survivants de la Coalition, Serge Dion, «la sécurité et la fluidité des approvisionnements sont vitales» pour les patients atteints de cancer. «En cas de rupture, les délais et décalages pour se procurer le médicament par une autre source peuvent compromettre sérieusement la santé des patients, leur qualité de vie et même leur survie», souligne-t-il dans un communiqué.

Si Québec décidait d'aller quand même de l'avant avec la procédure d'appel d'offres, la Coalition lui demande de surseoir à l'application du projet de loi le temps d'observer les effets et les résultats de la participation du Québec à l'Alliance pancanadienne pharmaceutique, où les provinces négocient les achats de médicaments. 

Le regroupement demande également au gouvernement d'appliquer les recommandations du Comité sur les ruptures d'approvisionnement des médicaments, soit de dresser une liste de médicaments essentiels devant être disponibles en tout temps, d'exclure les médicaments contre le cancer des appels d'offres, de limiter la procédure aux médicaments génériques et d'obliger les fabricants de médicaments à prévoir plus d'une source d'approvisionnement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer