Barrette veut exposer les «ristournes Lamarre»

La députée péquiste de Taillon et critique en... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

La députée péquiste de Taillon et critique en matière de santé, Diane Lamarre

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, reproche à la députée Diane Lamarre d'avoir manqué à ses devoirs de protection du public à l'époque où elle était présidente de l'Ordre des pharmaciens. Selon lui, la députée de Taillon a commis une faute morale en n'informant pas la population qu'elle allait être surfacturée en raison d'un stratagème mis en place par les pharmaciens en 2010.

En point de presse, mercredi matin, le ministre Barrette a rappelé qu'un plafonnement des allocations professionnelles des pharmaciens avait été imposé par Québec en 2010, et que ceux-ci s'étaient «compensés» en surchargeant les assureurs privés, qui ont refilé les augmentations à leurs clients.

Or Diane Lamarre était présidente de l'Ordre des pharmaciens à l'époque. «Est-ce qu'elle s'est levée pour informer la population qu'elle allait être surchargée? [...] Elle était là pour protéger le public. Elle a vu ça et elle n'a pas dit un mot», a dénoncé Gaétan Barrette, qui disant vouloir exposer ce qu'il définit comme les «ristournes Lamarre». 

«Elle s'est servie dans le plat de bonbons, elle avait les deux mains dedans», a accusé le ministre, ne manquant pas de rappeler que Diane Lamarre était une pharmacienne «incorporée». 

Le député Jean-François Lisée a défendu sa collègue, reprochant au ministre Barrette d'«inventer un scandale» pour éclipser la nouvelle de la réduction de l'accès aux services pharmaceutiques (lire l'autre texte). 

«Il a décidé de salir la réputation de quelqu'un pour se protéger contre la mauvaise nouvelle qu'il a lui-même créée», a dit en point de presse le député de Rosemont avant de laisser la principale intéressée répondre aux attaques du ministre.

«Intégrité irréprochable»

Selon Diane Lamarre, le ministre confond les rôles d'un ordre professionnel et d'un syndicat. «Être présidente d'un ordre professionnel, ça n'implique pas la négociation de quelque honoraire que ce soit», a-t-elle d'abord précisé. 

Du reste, si des dérives ont été constatées, elles ont été soumises au syndic de l'Ordre des pharmaciens, d'ajouter Mme Lamarre, qui a également commandé, à titre de présidente de l'ordre professionnel, un rapport (le rapport Montmarquette) «qui donne des règles pour améliorer la transparence des prix». 

«J'ai bien fait mes devoirs. J'ai une réputation d'intégrité irréprochable, et s'il y a quelque chose que j'ai toujours bien fait, c'est défendre l'intérêt de la population», a-t-elle insisté.

Avec la collaboration de Simon Boivin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer