Zika détecté dans la salive

Au moment où le roi Momo donnait le... (AP, Leo Correa)

Agrandir

Au moment où le roi Momo donnait le coup d'envoi du Carnaval de Rio et de son cortège de débordements, des chercheurs brésiliens demandaient aux femmes enceintes d'«éviter d'embrasser des étrangers», en raison de la présence de Zika dans la salive.

AP, Leo Correa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Rio de Janeiro

Le virus Zika a été détecté dans des échantillons de salive et d'urine. Le directeur d'un important institut scientifique brésilien, Paulo Gadelha, a affirmé que la capacité du virus à se propager par le biais de ces fluides corporels devait être étudiée plus en profondeur.

Il a ajouté que, dans l'immédiat, cette découverte nécessite de nouvelles précautions à l'intention des femmes enceintes. Des chercheurs croient que le virus est possiblement responsable d'une explosion du nombre de cas de microcéphalie.

Le docteur Gadelha a appelé à la plus grande prudence les femmes enceintes, qui devraient maintenant éviter d'embrasser des inconnus ou de partager des ustensiles ou de la vaisselle avec des gens qui présentent des symptômes de la maladie.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de la personne est d'avis que les lois et règles qui restreignent l'accès aux méthodes contraceptives devraient être suspendues en raison de l'épidémie. Le commissaire Zeid Ra'ad Al Hussein a déclaré par communiqué que les gouvernements qui conseillent aux femmes de retarder leur grossesse «font fi de la réalité», à savoir que plusieurs femmes et filles n'ont que peu de contrôle sur le moment de leur grossesse.

Trois personnes sont mortes en Colombie du syndrome Guillain-Barré, qui peut provoquer une paralysie complète. Toutes trois étaient infectées par le Zika, mais les scientifiques hésitent encore à tracer un lien direct entre les deux.

Un trouble-fête au Carnaval

Le virus Zika joue les trouble-fête dans le Carnaval de Rio, qui a débuté vendredi : au moment où le Gros roi Momo donnait le coup d'envoi des festivités, des chercheurs brésiliens annonçaient avoir détecté sa présence active dans la salive et l'urine et que les femmes enceintes doivent «éviter d'embrasser des étrangers»..

Or, le carnaval est synonyme de forte concentration humaine et de festivités frénétiques et sans retenue. Le gouvernement distribue tous les ans gratuitement des millions de préservatifs pour le carnaval : cette année, 5 millions dans 17 villes. «Cette année, il va falloir embrasser et faire l'amour virtuellement», a lancé un journaliste brésilien.

Au même moment, le gros roi Momo, symbole de tous les excès et figure tutélaire du carnaval, recevait  les clés de la ville des mains du maire et déclarait «ouvert avec beaucoup de joie, fraternisation et paix le meilleur carnaval de cette ville merveilleuse!».

Les autorités estiment que cinq millions de personnes - dont plus d'un million de touristes brésiliens et étrangers - danseront la samba, jour et nuit pour certains, et consommeront des milliers de litres de bière pour combattre la chaleur de l'été austral.

Malgré la menace, la plupart des Brésiliens veulent s'amuser en laissant derrière eux la crise économique et le chômage qui frappent la septième économie mondiale. Boudé pendant des années en raison de la violence, le carnaval de rue connaît un regain depuis la «pacification» de centaines de favelas en vue de la Coupe du monde de soccer 2014 et des JO de cette année.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer