Pas de vaccin sûr contre Zika avant plusieurs années

Un bébé brésilien atteint de microcéphalie, une anomalie... (AFP, Christophe Simon)

Agrandir

Un bébé brésilien atteint de microcéphalie, une anomalie de la croissance de la boîte cranienne résultant du virus Zika, reçoit des soins.

AFP, Christophe Simon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Il n'y aura probablement pas de vaccin sûr et efficace contre le virus Zika avant plusieurs années, a estimé jeudi le directeur de l'Institut américain des allergies et maladies infectieuses (NIAID), le Dr Anthony Fauci.

«C'est important de comprendre que nous n'aurons pas de vaccin sûr et efficace contre le virus Zika disponible cette année et probablement pas dans les prochaines années», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique, avant de préciser qu'un essai clinique de phase 1 pour déterminer l'innocuité du vaccin pourrait avoir lieu avant la fin de l'année.

Le patron du NIAID a expliqué que les chercheurs travaillaient déjà à mettre au point des vaccins contre les virus de la Dengue et du Nil occidental qui appartiennent à la même famille que le Zika, les Flavivirus, et que leurs travaux étaient déjà bien avancés.

Le NIAID a adopté deux approches pour mettre au point un vaccin anti-Zika, selon le Dr Fauci. La première est basée sur l'ADN, une stratégie similaire à celle suivie contre le virus du Nil occidental dont un essai clinique de phase 1 a montré que le vaccin était efficace. La deuxième approche consiste à utiliser un virus affaibli pour provoquer une réaction immunitaire, ce qui a été probant contre le virus de la Dengue.

Outre les travaux sur un vaccin, les chercheurs américains vont concentrer leurs efforts sur d'autres fronts comme le développement d'outils diagnostics et d'un modèle animal pour comprendre les effets du virus sur l'organisme, surtout des femmes enceintes.

Les tests de dépistage du Zika devront pouvoir rapidement indiquer non seulement si une infection est en cours, mais également s'il y a eu une infection par le passé, ce qui sera «essentiel pour rassurer les femmes qui attendent un enfant vivant dans les pays où ce virus est endémique, ou celles ayant voyagé dans ces régions», a fait valoir le Dr Fauci.

L'Organisation mondiale de la santé a annoncé jeudi une réunion d'urgence le 1er février sur le virus Zika, qui se propage «de manière explosive» sur le continent américain, avec de trois à quatre millions de cas attendus cette année. Aucun cas d'infection directe n'a encore été enregistré aux États-Unis.

Bénigne en apparence, l'infection par ce virus transmis par des moustiques est soupçonnée de provoquer de graves malformations congénitales du cerveau du foetus chez les femmes enceintes infectées.

Des cas par contacts sexuels?

Contrairement à ce qui avait été dit au cours de la dernière semaine, deux cas d'infection par le virus laissent penser qu'une transmission par contacts sexuels serait possible, a indiqué jeudi une haute responsable sanitaire américaine.

«On nous a indiqué un cas d'infection par le virus Zika dont la transmission s'est peut-être faite sexuellement», a dit la Dre Anne Schuchat, directrice adjointe des centres américains de contrôle et de prévention des maladies, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Dans un autre cas, «le virus [vivant] a été détecté dans le sperme d'un homme deux mois après l'apparition des symptômes de l'infection», a-t-elle ajouté en réponse à une question.

De tels cas «rendent biologiquement plausible une transmission par contacts sexuels, mais la science est très claire à ce stade à savoir que le virus Zika se transmet essentiellement par la piqûre d'un moustique infecté», a souligné la Dre Schuchat.

De ce fait «c'est là qu'il faut concentrer nos efforts», a-t-elle insisté.

Selon le New York Times, l'homme dont le sperme était contaminé avec le virus Zika est un résident de Tahiti qui a été exposé à une épidémie en Polynésie-Française en 2013. Les chercheurs français ont découvert un niveau viral élevé dans son sperme même après que le virus Zika eut totalement disparu de son sang. Le virus a également été trouvé dans ses urines.

Le seul cas connu de possible transmission sexuelle a été rapporté en 2008.

Le Dr Brian Foy, un biologiste de l'Université d'État du Colorado, expert des maladies transmises par des moustiques, travaillait au Sénégal en zone rurale avec un étudiant, Kevin Kobylinski, attrapant des moustiques pour une recherche sur le paludisme. Les deux chercheurs ont été piqués de nombreuses fois.

Une semaine après, de retour au Colorado, MM. Foy et Kobylinski sont tombés malades avec des symptômes typiques d'infections transmises par des moustiques.

Quelques jours après, la femme de M. Foy, une infirmière, a développé les mêmes symptômes que son mari, mais plus sévères. Les trois malades se sont tous remis. M. Foy a toutefois ressenti des douleurs dans ses testicules vers la fin de l'infection et il a aussi signalé ce qui paraissait être du sang dans son sperme.

Leur infection est restée un mystère, ceux-ci ayant été testés négatifs pour le paludisme et les d'autres maladies tropicales. Le Zika n'avait pas alors été envisagé.

Trois Canadiens infectés

Trois citoyens canadiens ont été infectés par le virus Zika alors qu'ils étaient en déplacement à l'étranger, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires canadiennes. Un premier cas concerne un habitant de l'Alberta, contaminé lors d'un voyage à l'étranger, tandis que les deux autres personnes touchées résident en Colombie-Britannique. Ces deux dernières auraient été infectées au Salvador, pour l'un, et en Colombie, pour l'autre. Aucune de ces trois personnes contaminées n'était enceinte et toutes sont déjà guéries.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer