Plus de place aux infirmières dans les GMF, réitère Barrette

Le ministre Gaétan Barrette a dit qu'«il y... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette a dit qu'«il y a une immensité de gestes qui sont posés par nos médecins qui devront être posés par des infirmières». Il était accompagné lundi de la vice-présidente de Bell au Québec, Martine Turcotte, lors de l'annonce d'un don de 1,25 million $ à la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec de la part de Bell Cause pour la cause et de la Fondation de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a réitéré sa volonté de faire une plus grande place aux infirmières dans notre système de santé, pour autant qu'elles soient intégrées dans les groupes de médecine familiale (GMF).

Réagissant lundi au reportage du Soleil selon lequel la coopérative sans médecin SABSA pourra survivre en s'affiliant avec un GMF, le ministre Barrette a salué le travail de cette clinique qui fonctionne avec une seule infirmière praticienne spécialisée à temps plein et «qui doit nous mener vers une implication plus grande des infirmières dans la dispensation des services dans le cadre qui est celui d'un GMF».

Selon le Dr Barrette, «il y a une immensité de gestes qui sont posés par nos médecins qui devront être posés par des infirmières». Pas question toutefois de multiplier les points de services. «Je vois des problèmes économiques avec des points de service qu'il faut relier par des ordinateurs et tout», a dit le ministre de la Santé, qui ne veut pas non plus que la population ait «quatre points de services à faire» pour obtenir des soins. «Le seul moment où un patient devrait changer de place pour obtenir des soins, c'est quand il va du médecin de famille au spécialiste», a précisé le Dr Barrette.

«Pas dans la guerre de territoire professionnel»

Le ministre de la Santé a par ailleurs tenu à souligner qu'il n'avait pas la responsabilité de «gérer les guerres de clocher». «Je ne suis pas dans la guerre de territoire professionnel [entre les médecins et les infirmières]. Ce qui m'intéresse, c'est que la population ait accès à des soins dans les heures appropriées et avec les personnes appropriées», ce qui inclut des infirmières et des médecins, a fait valoir le Dr Barrette, tout en insistant sur l'autonomie des infirmières, des professionnelles qui doivent travailler «de façon autonome dans des heures étendues pour offrir des services à la population de façon autonome». 

Le ministre Barrette a également rappelé la mise sur pied de plans d'effectifs extrahospitaliers auxquels devront se soumettre les médecins, «qui ne pourront plus aller là où ils veulent». «On n'ouvrira plus de GMF n'importe où. Les médecins devront aller là où il y a des besoins», a-t-il réitéré.

Suivant le raisonnement du ministre, la clinique SABSA, qui est située à un endroit stratégique pour desservir une clientèle vulnérable (sur le boulevard Charest, dans Saint-Roch, près des locaux de PECH), risque de devoir déménager dans l'immeuble du GMF auquel elle sera affiliée. L'adresse, qui serait en basse ville, selon nos informations, reste à confirmer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer