La clinique sans médecin SABSA survivra

La coopérative SABSA, qui fonctionne avec une seule... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La coopérative SABSA, qui fonctionne avec une seule infirmière praticienne spécialisée, pourra poursuivre ses activités en s'affiliant à une clinique en voie de devenir un Groupe de médecine familiale.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Menacée de fermeture, la clinique sans médecin SABSA, dans le quartier Saint-Roch, pourra finalement poursuivre ses activités en s'affiliant à un Groupe de médecine familiale (GMF), a appris Le Soleil.

Menacée de fermeture, la clinique sans médecin SABSA,... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Des démarches ont été entreprises avec le ministère de la Santé et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, a indiqué l'attachée de presse du ministre de la Santé, Joanne Beauvais. «SABSA serait affiliée à une clinique qui est en voie de devenir un GMF», a-t-elle précisé, ajoutant qu'il restait encore quelques ficelles à attacher.

«Il n'y a pas de raison que ça ne fonctionne pas, mais il y a encore des négociations», de sorte qu'il est difficile de dire quand le partenariat sera concrétisé, explique l'attachée de Gaétan Barrette.

pas de troisième type

Mme Beauvais tient par ailleurs à préciser que SABSA est un cas à part, et que sa survie comme clinique sans médecin n'est attribuable qu'à sa mission particulière, celle d'offrir à une population vulnérable des soins de proximité.

«C'est une clinique qui a prouvé son efficacité», souligne-t-elle, tout en insistant sur le fait que la clinique sans médecin ne deviendra pas la norme. «Il n'est pas question de créer un troisième type de clinique [en plus des GMF et des supercliniques]. S'il y a d'autres projets qui se présentent, ils devront être évalués», mentionne Mme Beauvais, rappelant que «l'objectif, c'est que les infirmières et les médecins travaillent ensemble».

Dans le cas précis de SABSA, la clinique deviendra en quelque sorte un point de service du GMF.

La semaine dernière, Le Soleil rapportait que le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, était favorable à SABSA, l'approche de la clinique méritant selon lui d'être «explorée». Le Dr Godin faisait notamment valoir que les cas traités chez SABSA (sans-abri, toxicomanes, ex-détenus, personnes souffrant de problèmes de santé mentale) étaient difficiles à suivre par les médecins dans les établissements traditionnels.

Le président de la FMOQ estimait aussi qu'il fallait un lien «plus formel» entre SABSA et les médecins. Situant SABSA dans une classe à part, le Dr Godin avait également pris soin de réitérer son opposition à l'ouverture de cliniques d'infirmières, jugeant la place de ces professionnelles «avec les médecins», dans leurs établissements. Une position qui rejoint celle du ministrede la Santé.

Projet pilote réussi

Financé par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec dans le cadre d'un projet pilote, le volet «clinique de proximité» de SABSA devait prendre fin le 1er mai, Québec ayant jusqu'ici toujours refusé de le soutenir parce qu'il ne cadrait pas avec le programme de financement des cliniques, qui oblige la présence d'un médecin pour orienter les soins.

Suivi par l'Université Laval et l'Université de Montréal, le projet pilote a donné de bons résultats. Selon un rapport préliminaire publié en septembre, la clinique, qui fonctionne avec une seule infirmière praticienne spécialisée à temps plein, peut générer des économies de 119 000 $ par année au système de santé québécois seulement en soins médicaux non facturés.

Jointe par Le Soleil, dimanche, la cofondatrice de SABSA, Isabelle Têtu, s'est réjouie de l'ouverture du ministre de la Santé. «Je suis très contente, ça faisait longtemps qu'on lui demandait de trouver une solution», a réagi l'infirmière praticienne, qui a «hâte de voir comment tout ça va s'arrimer et si SABSA pourra conserver son autonomie dans la dispense des soins».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer