Les infirmières sont autonomes, juge la présidente de leur ordre

Pour l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec... (Archives, La Presse)

Agrandir

Pour l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), il est temps, en 2016, de développer de nouveaux modèles de soins et d'utiliser «toute la compétence des infirmières».

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Réagissant aux propos du président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, selon qui «la place des infirmières, c'est avec les médecins, dans nos établissements», la présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Lucie Tremblay, rappelle que les infirmières sont des professionnelles «autonomes».

«Oui, il faut toujours travailler en collaboration avec les autres professionnels de la santé, mais on est autonomes, et on est capables de faire des évaluations, tant en santé physique qu'en santé mentale, et d'apporter des réponses aux besoins de santé de la population», a réagi Mme Tremblay au cours d'un entretien téléphonique avec Le Soleil, vendredi.

Dans notre reportage sur la clinique sans médecin SABSA, qui s'adresse surtout à une clientèle vulnérable, le Dr Godin qualifiait l'approche de la coopérative d'«intéressante», estimant qu'elle devait être «explorée». Mais il avait aussi pris soin de réitérer la position de la FMOQ, qui est contre l'ouverture de cliniques d'infirmières. Les infirmières, disait-il, sont là pour aider et soutenir les médecins dans les groupes de médecine familiale et les cliniques.

Nouveaux modèles pour de nouveaux besoins

Pour Mme Tremblay, il est temps, en 2016, de développer de nouveaux modèles de soins et d'utiliser «toute la compétence des infirmières». «Le fait qu'il y ait autant de cliniques privées d'infirmières qui ouvrent démontre que ça répond à un besoin de la population», fait valoir la présidente de l'OIIQ, selon qui «ça devrait aussi être offert dans le régime public».

«C'est sûr que les infirmières ne peuvent pas travailler en silo, qu'il faut un corridor de services entre les différents professionnels, mais il faut aussi reconnaître que l'infirmière est capable de travailler en toute autonomie pour améliorer l'accès aux soins», insiste Lucie Tremblay.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer