Le virus Zika sème la panique en Amérique latine

Une campagne d'arrosage a été organisée à Lima,... (AFP, Ernesto Benavides)

Agrandir

Une campagne d'arrosage a été organisée à Lima, au Pérou, pour tenter d'éradiquer la propagation du virus Zika.

AFP, Ernesto Benavides

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Une simple piqûre de moustique et, quelques mois plus tard, un bébé qui naît avec une boîte crânienne anormalement petite: en Amérique latine, le virus Zika commence à semer la panique, avec la recommandation inédite, dans plusieurs pays, d'éviter toute grossesse.

Il y a trois mois, quand les premières informations sur un lien entre ce virus et la microcéphalie, une anomalie congénitale rare, ont paru au Brésil, Jacinta Silva Goes apprenait qu'elle attendait son troisième enfant.

«J'ai très peur», confie à l'AFP cette employée domestique de São Paulo, qui ne sait pas comment se protéger face au moustique tigre, vecteur du virus.

«Pour l'instant, je n'utilise pas d'antimoustiques, car le médecin ne m'a rien dit, il ne m'a pas parlé du virus Zika. Tant qu'il ne me dit pas quoi faire, je ne peux rien décider par moi-même, car ça peut être dangereux pour le bébé», ajoute la femme de 39 ans.

Dans la région, les craintes relativement au virus ont entraîné la fumigation du plus grand cimetière de Lima, mais aussi des recommandations spectaculaires des autorités du Salvador et de Colombie : ne pas tomber enceinte.

Éviter les grossesses pendant deux ans

Le vice-ministre salvadorien de la Santé, Eduardo Espinoza, a «suggéré» jeudi aux femmes en âge de procréer de «planifier leurs grossesses et de les éviter cette année et la prochaine». Près de 4000 cas d'infection au virus ont été recensés en 2015, et déjà 1561 depuis début janvier.

Le gouvernement colombien conseille, lui, d'éviter toute grossesse dans les six prochains mois, une annonce tournée en dérision sur les réseaux sociaux et dans les médias. Même recommandation au Honduras.

L'infection en elle-même semble inoffensive: non contagieuse, elle se manifeste par des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées. Dans 80 % des cas, la maladie, très rarement mortelle, passe inaperçue.

Le danger est pour les femmes enceintes et leur bébé, contaminé par le placenta.

Arrivé l'an dernier sur le continent, le Zika s'est propagé à très grande vitesse dans la région où le moustique tigre, qui transmet aussi la dengue et le chikungunya, est omniprésent, explique Sylvain Aldighieri, chef du département des maladies transmissibles de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS).

Selon l'OPS, 18 pays d'Amérique latine et des Caraïbes ont confirmé la présence du virus sur leur territoire. Le plus touché est le Brésil, qui ne communique pas le nombre de personnes infectées, mais les cas de microcéphalie qui pourraient être liés. Ces cas se sont multipliés, soulevant l'inquiétude des experts.

Le virus Zika se transmet par l'intermédiaire d'une... (AFP, Nelson Almeida) - image 2.0

Agrandir

Le virus Zika se transmet par l'intermédiaire d'une piqûre du moustique tigre.

AFP, Nelson Almeida

22 pays sur la liste noire des États-Unis

Les autorités sanitaires américaines ont étendu vendredi leurs recommandations aux femmes enceintes d'éviter de se rendre dans les pays d'Amérique du Sud et des Caraïbes ou sévit le virus Zika, lié à des malformations des foetus.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avaient émis une première mise en garde la semaine passée concernant une dizaine de pays. Cette fois, 22 pays sont déconseillés aux futures mamans.

Les zones listées mi-janvier étaient le Guyana, la Martinique, Porto Rico, le Brésil, la Colombie, le Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Suriname et le Venezuela. Se sont ajoutés à cette liste vendredi la Barbade, la Bolivie, l'Équateur, la Guadeloupe, Saint-Martin, la Guyane, le Cap-Vert et les Samoa.

Les femmes enceintes qui devraient se rendre dans ces zones doivent absolument éviter les piqûres de moustiques, précisent les CDC.

Le virus Zika se transmet par l'intermédiaire d'une piqûre du moustique tigre. Il n'existe pas de traitement curatif ni de vaccin contre cette maladie, seulement des traitements des symptômes.

Ces manifestations sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées et se manifestent dans les trois à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique.

Chez les femmes enceintes, le virus peut être transmis au foetus et entraîner des malformations congénitales ou la mort.

Cas aux États-Unis

Des cas de Zika ont été rapportés ces derniers jours aux États-Unis, en Floride et à Hawaii, chaque fois sur des patients ayant voyagé peu auparavant dans des pays touchés. A ce jour, le pays n'a enregistré cas de contamination autochtone.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer