Une vingtaine de postes abolis au CISSS de la Côte-Nord

Afin d'éviter un déficit de 6,3 millions $ à la fin de l'année financière, le... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Afin d'éviter un déficit de 6,3 millions $ à la fin de l'année financière, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a dû adopter un plan de retour à l'équilibre budgétaire, qui passe notamment par la disparition d'une vingtaine de postes. Et la direction doit déjà se préparer au pire pour l'an prochain car elle aura un autre manque à gagner, du double cette fois.

Le président-directeur général du CISSS, Marc Fortin, a toutefois précisé d'entrée de jeu que ce plan n'affecte en rien les services à la population. «C'est pour ça qu'il a été accepté», a-t-il lancé à propos du plan qui compte une quinzaine de mesures.

Parmi elles, on trouve la diminution du recours à la main-d'oeuvre infirmière indépendante, un recours qui coûte autour de 7 millions $ à la région. À ce chapitre, M. Fortin souhaite s'inspirer de l'établissement hospitalier de Havre-Saint-Pierre, qui est parvenu à enrayer le recours à la main-d'oeuvre indépendante malgré son éloignement. «Si on a été capables à Havre-Saint-Pierre, on est capables partout», affirme le pdg.

Quant aux postes qui disparaîtront, il s'agit de postes présentement vacants et certains départs à la retraite, en dehors des services cliniques, qui ne seront pas remplacés. Personne ne perdra son poste dans la réorganisation des services administratifs qui s'ensuivra, a assuré Marc Fortin.

Analyse de la performance

Ce dernier estime que dans la nouvelle réalité, absolument tout est appelé à être revu année après année. L'arrivée du ministre Gaétan Barrette, déterminé à changer la culture organisationnelle du réseau de la santé, amène des concepts comme l'analyse de la performance.

«Le genre d'organisation de services qui pouvait être pérenne 10, 15 ou 20 ans, ça n'existera plus», indique le président-directeur général, qui ajoute au passage que la difficulté particulière d'implanter l'analyse de la performance dans le réseau, c'est le changement de culture, «qui date des années 70, avec nombre de syndicats et nombre de conventions collectives».

Cette amélioration continue devra rouler à plein régime dans les prochains mois, car le CISSS Côte-Nord s'attend déjà à une ponction d'autour de 12 millions l'an prochain sur son budget, actuellement de 334 millions $. Ces «mesures d'optimisation», comme les nomme Québec, seront imposées à tous les centres intégrés de la province. Le montant exact reste à préciser.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer