Envoyer des infos sensibles par texto est inacceptable, selon le CHU

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec considère comme une... (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec considère comme une pratique inacceptable le fait d'envoyer des renseignements sensibles par message texte et a lancé deux enquêtes afin de faire la lumière sur un cas rapporté lundi par un auditeur du FM93.

Lors de l'émission Le retour de Gilles Parent, l'auditeur en question a dit avoir reçu par erreur, via message texte, un document du CHU sur lequel on pouvait lire les noms de patients et les raisons de leurs consultations en clinique externe.

«Cet auditeur a reçu ce message par erreur de quelqu'un qu'il ne connaissait pas. De notre côté, nous considérons que c'est une pratique inacceptable que d'envoyer de tels documents par texto, photo ou courrier électronique. Même si le message avait été envoyé à la bonne personne, ce n'est pas une façon de transmettre des informations sensibles», a déclaré au Soleil Geneviève Dupuis, directrice adjointe des communications au CHU.

Le document en question serait un horaire lié à une liste de patients à rencontrer qui est normalement disponible en format papier au bureau des médecins ou alors sur le système informatique interne du CHU.

Sanctions possibles

Après avoir été mis au courant de la situation, l'établissement a lancé une enquête sur l'incident et une autre sur la sécurité informationnelle. «Nous allons faire la lumière sur ce qui s'est passé et il se peut très bien qu'il y ait des sanctions pouvant aller jusqu'au congédiement», indique Mme Dupuis.

Celle-ci rappelle que tous les employés du CHU doivent signer un engagement de confidentialité et que cette brèche peut contrevenir aux politiques de l'établissement sur la sécurité informatique, l'engagement à la confidentialité, l'utilisation des appareils de télécommunication sans fil et la transmission de l'information au point de transition.

Pour l'instant, le CHU ne dispose pas du numéro de téléphone de l'expéditeur, l'auditeur ayant refusé de le fournir à l'hôpital, selon Mme Dupuis. «Mais nous allons le découvrir, ce ne sera pas vraiment compliqué. Nous savons déjà que les médecins qui sont mentionnés sur le document ne sont pas les fautifs», poursuit-elle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer