Cancer: des comités d'experts pour des traitements optimaux

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec mettra en place des comités du diagnostic et du traitement du cancer qui devraient permettre aux patients cancéreux d'avoir accès à des traitements optimaux adaptés à leur situation, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Le ministre Barrette et le président du Collège des médecins, le Dr Charles Bernard, ont présenté à la presse un nouveau guide de pratique intitulé Création et fonctionnement d'un comité du diagnostic et du traitement du cancer dans les établissements de santé du Québec, qui aura pour but d'uniformiser les traitements contre les différents cancers selon les standards les plus élevés de pratique.

Les comités qui seront mis en place partout dans la province feront en sorte que les différents professionnels, du nursing jusqu'à l'oncologue, auront à travailler ensemble de façon à prendre les meilleures décisions pour les patients, qui seront tenus informés de ces décisions. 

«On parle d'accès à une meilleure qualité et à une qualité uniforme au Québec, d'une transparence et d'une imputabilité», a résumé le ministre Barrette, selon qui la médecine est «excellente» au Québec, mais «parfois, on pourrait avoir le petit cran de plus» de façon notamment à éviter les disparités qui peuvent exister sur le territoire québécois quant à l'accès aux meilleurs traitements.

«Aujourd'hui, la science évolue d'une telle manière qu'un cancer X est traité de plus en plus en fonction de la biologie d'une personne. Vous avez vu les articles récemment qui montraient que, pour un traitement de cancer, si on faisait tels tests biologiques, on avait un traitement qui pouvait être adapté en fonction de la personne, de son profil génétique. C'est le genre de choses qui devront être prises en considération de la même manière partout sur le territoire», a expliqué le Dr Barrette.

Pas de «commerce de l'espoir»

Et non, pas question de se mettre à faire demain au Québec des traitements de chimio-embolisation à la Dr Thomas Vogl, ce médecin allemand qui a soigné des centaines de Québécois atteints de cancer. 

«Ce qu'on propose en Allemagne, c'est un commerce de l'espoir. Si le Dr Vogl a des preuves que ce qu'il fait, c'est meilleur que ce qu'on fait actuellement, qu'il les publie. [...] Moi, personnellement, si j'avais une base de données qui montrait que c'est meilleur que d'autre chose, j'aurais honte de ne pas la publier. Ce qui est mis sur la place publique, c'est un commerce payant, à but lucratif», a réitéré le ministre Barrette.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer