Une grippe dévastatrice l'hiver dernier

L'immunisation choisie pour la saison 2014-2015 avait complètement... (Archives AFP)

Agrandir

L'immunisation choisie pour la saison 2014-2015 avait complètement raté la cible.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Faucheuse, appuyée de la grippe, a fait une récolte historique durant l'hiver 2014-2015, confirment les plus récentes données démographiques compilées par l'Institut de la statistique du Québec.

Décembre et janvier ont fracassé les records. C'était au plus fort de l'attaque du virus de l'influenza A-H3N2, rappelle le démographe Frédéric F. Payeur, auteur du chapitre traitant de ce phénomène dans le tout nouveau Bilan démographique du Québec. Il écrit : «Le sommet de 223 décès par jour atteint en janvier 2015, pour un total de 6900 décès durant le mois, représente d'ailleurs le plus grand nombre de décès enregistré en un seul mois dans l'histoire récente du Québec.»

Au bout du fil, il ajoute : «On a eu une souche de grippe qui était particulièrement virulente. Et, également, le vaccin s'est avéré peu efficace pour lutter contre cette souche précise.»

Vaccin efficace à 0 %

En fait, l'immunisation choisie pour la saison 2014-2015 avait complètement raté la cible. L'efficacité était de... 0 %. «Ça provoque beaucoup de dégâts», poursuit M. Payeur. «C'est exceptionnel.»

Tous ces décès de l'hiver dernier ne sont pas attribuables à la grippe. Mais la flambée de trépas s'explique presque entièrement par la virulence de la maladie. En décembre 2014, il y a eu quatre fois plus de morts dont la cause a été formellement identifiée comme étant l'influenza et autres «pneumopathies» que durant un décembre «normal», précise Frédéric Payeur.

Autre constat obtenu par l'analyse des statistiques : l'assaut du virus a duré longtemps. «En plus d'être plus hâtive qu'à l'accoutumée, la saison grippale 2014-2015 s'est donc fait ressentir sur une plus longue période après le pic habituel de janvier.»

Histoire de relativiser un peu, observons néanmoins que l'épidémie de grippe espagnole de 1918 avait été nettement plus mortelle. Au cours du seul mois d'octobre, quelque 16 000 décès avaient été attribués au vorace virus.

N'empêche, l'hiver dernier marquera la démographie du Québec. Les experts attendent toutefois les statistiques des mois d'été 2015 afin d'évaluer l'impact sur l'année entière. Ils pourraient y déceler un «effet de moisson». Qu'est-ce? La grippe emporte surtout les personnes vulnérables, les aînés, les malades, indique M. Payeur. Lorsque la Faucheuse «récolte» beaucoup durant une saison, on observe souvent un recul important du nombre de morts durant les autres mois. Un certain rééquilibrage entre la vie et la mort, en somme.

Un fait demeure, le pic de grippe de décembre a cependant plombé le bilan démographique de 2014, analyse la démographe Chantal Girard. Cette année-là, le Québec a dénombré 63 000 décès, soit 2200 de plus que l'année d'avant... Normalement, il aurait dû y avoir autour de 600 décès de plus en un an.

Frein à la croissance de la population

L'influenza n'explique cependant pas à lui seul le ralentissement démographique du Québec. Pour la cinquième année consécutive, la croissance de la population freine, souligne Mme Girard.

Des explications à ce fléchissement, outre la grippe? Nous vieillissons collectivement. Puis, après un regain de fécondité, les Québécois font moins de bébés. Quoi d'autre? Nous accueillons moins d'immigrants. Et de plus en plus de compatriotes partent pour d'autres provinces.

La population du Québec a néanmoins crû de 60 500 têtes en 2014, tempère Chantal Girard; nous sommes maintenant plus de 8,26 millions. Et le pourcentage d'accroissement de la population québécoise est nettement supérieur à celui des cousins français; il est à peu près équivalent à celui des Étatsuniens.

Quelques régions sont cependant touchées plus fortement. Trois enregistrent plus de décès que de naissances : la Mauricie, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Trois régions affichent un déclin de leur population : la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer