Les infirmières pourront prescrire des contraceptifs

Le ministre Barrette a précisé que cette annonce... (Archives La Presse)

Agrandir

Le ministre Barrette a précisé que cette annonce n'avait rien à voir avec les négociations qui ont actuellement cours entre Québec et les infirmières.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les infirmières pourront dès janvier 2016 poser de nouveaux actes médicaux, notamment prescrire des contraceptifs, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. De nouveaux actes qui, promet le ministre, amélioreront significativement l'accès aux soins tout en permettant de contrôler la croissance des coûts.

Le ministre Barrette a précisé que cette annonce n'avait rien à voir avec les négociations qui ont cours entre Québec et les infirmières, assurant qu'il s'agissait plutôt du «fruit d'un travail soutenu de collaboration et de concertation avec le Collège des médecins et l'Ordre des infirmières». Aussi s'est-il abstenu de dire dans quelle mesure le nouveau règlement modifiera la rémunération des infirmières, à qui on vient de confier plus de pouvoirs, mais aussi plus de responsabilités.

En vertu de ce nouveau règlement découlant de la Loi médicale, donc, il sera possible pour les infirmières titulaires d'un baccalauréat - une clause de droit acquis est prévue pour les infirmières titulaires d'un diplôme d'études collégiales en soins infirmiers afin de reconnaître les connaissances et les expériences acquises au cours des sept dernières années - de prescrire certaines analyses de laboratoires de même que des médicaments topiques et des pansements utilisés en soins des plaies.

«Actuellement, il y a une problématique [pour les soins des plaies]. On voit ça dans les situations postopératoires, dans les CHSLD, chez des personnes âgées à domicile. Actuellement, il n'est pas possible uniquement pour une infirmière de gérer ce soin-là. Il faut aller à l'urgence, à l'hôpital, dans une clinique... Là, une infirmière va avoir l'habilité légale et la compétence pour faire cette prise en charge dans un cadre bien défini», a expliqué le ministre Barrette.

«Un enjeu de santé publique»

Les infirmières pourront également prescrire des contraceptifs et des médicaments pour des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). Le nombre de grossesses indésirées est en augmentation chez les jeunes, a-t-on rappelé mercredi en conférence de presse. Idem pour les ITSS, qui sont en croissance au Québec depuis une quinzaine d'années. «On croit que les infirmières scolaires vont être capables de réduire» les ITSS et les grossesses indésirées, a dit le président du Collège des médecins, le Dr Charles Bernard, selon qui le nouveau règlement «n'est pas seulement une question d'actes médicaux, mais aussi un enjeu de santé publique».

S'il veut augmenter l'accès aux soins et aux services de santé, le gouvernement n'a d'autre choix que de distribuer le travail entre les différents professionnels pour contrôler la croissance des coûts, a par ailleurs expliqué le ministre Barrette, qui n'était pas en mesure de dire mercredi combien le gouvernement économisera en confiant aux infirmières des pouvoirs traditionnellement réservés aux médecins.

«Les ordonnances collectives, c'est quelque chose qui est appelé à se développer. Les gestes autonomes des infirmières sont appelés à se développer. Et ce qu'on annonce, c'est un pas majeur dans cette direction», a déclaré le ministre, qui évalue à des centaines de milliers le nombre d'ordonnances collectives qui peuvent actuellement être exercées. «Et éventuellement, un jour, ce sera des millions d'actes», prévoit-il.

Pour la présidente de l'Ordre des infirmières, Lucie Tremblay, le nouveau règlement est «un gain important» pour la population et pour les infirmières. «Est-ce qu'il y aura d'autres choses éventuellement? On verra [...]. Les infirmières ont un vaste champ d'exercice, je pense qu'il faut qu'on l'utilise. Et ça ne passe pas toujours par un règlement. Il faut vraiment les utiliser correctement dans le réseau», croit Mme Tremblay.

Il n'a pas été possible d'obtenir mercredi les commentaires de la présidente de la Fédération des infirmières du Québec, Régine Laurent.

Nouveaux pouvoirs des infirmières

Soins des plaies :

  • Prescrire des analyses de laboratoire de même que des produits, des médicaments et des pansements liés au traitement des plaies et aux altérations de la peau

Santé publique :

  • Prescrire la contraception hormonale, le stérilet ou la contraception orale d'urgence
  • Prescrire le supplément vitaminique et l'acide folique en périnatalité
  • Prescrire un médicament pour le traitement de la pédiculose
  • Prescrire un médicament pour la cessation tabagique (à l'exception de la Varenicline et le Bupropion)
  • Prescrire le traitement d'une infection gonococcique ou d'une infection à Chlamydia trachomatis chez une personne asymptomatique ayant eu un résultat d'analyse positif au dépistage et chez son ou sa partenaire sexuel(le) asymptomatique

Problèmes de santé courants :

  • Prescrire un médicament pour le traitement des nausées et des vomissements chez les femmes enceintes
  • Prescrire un médicament topique pour le traitement de l'infection fongique (candida) de la peau ou des muqueuses chez le bébé et la mère qui allaite

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer