Projet de loi 20: Barrette ne répond plus

Le ministre de la Santé et des Services... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, change sa stratégie. Las de «l'obstruction systématique» du Parti québécois à son projet de loi 20, il a cessé mardi de répondre à ses questions.

La scène était assez particulière. Alors que trois députés du PQ s'échinaient à obtenir des réponses du ministre, celui-ci, le nez dans son iPad, s'est privé de la plupart de ses droits de réplique. «Je n'ai rien à ajouter», a-t-il lancé à plusieurs reprises, renvoyant la balle à l'opposition. Après plus d'une heure sans échange substantiel, en avant-midi, il a simplement laissé tomber : «Je laisse les prochaines 40 minutes aux députés.»

«Je ne refuse pas de répondre, s'est justifié le ministre aux journalistes. Je refuse de répondre 47 fois à la même question posée 47 fois.»

Les débats sur les amendements à apporter au projet de loi sur l'accès aux soins s'enlisent, selon le ministre de la Santé. Il estime que l'opposition cherche uniquement à faire traîner l'étude en longueur afin d'en retarder au maximum l'adoption. 

«Il n'y a pas un sujet auquel je n'ai pas répondu, a affirmé M. Barrette. Mais quand on répète constamment la même question, je ne pense pas que les impôts et les taxes des citoyens sont dépensés correctement.» 

Le ministre de la Santé n'a jamais exclu la possibilité que son projet de loi soit adopté sous bâillon si les travaux étaient «paralysés». Mardi, il a noté qu'il revient au leader parlementaire de décider que l'étude «tourne en rond». «Je sens que je vais être bientôt étourdi», a-t-il ajouté. 

La porte-parole du PQ en matière de santé,... (Photothèque La Presse) - image 2.0

Agrandir

La porte-parole du PQ en matière de santé, Diane Lamarre

Photothèque La Presse

Sa vis-à-vis dans l'opposition, la députée péquiste Diane Lamarre, s'indigne de «l'attitude complètement fermée» du ministre. Elle rejette l'idée qu'elle puisse s'adonner à de l'obstruction. «Un ministre peut parfois ne pas répondre, mais lui, c'est systématique, déplore-t-elle. Je pense que ça traduit un grand inconfort et de la mauvaise foi.»

Frais accessoires

Elle accuse aussi le ministre de ne consulter que la Fédération des médecins spécialistes dans sa volonté d'encadrer les frais accessoires. 

À ce sujet, le ministre Barrette a réaffirmé mardi que les frais accessoires sont là pour rester.

Imperméable à toute critique et malgré la fronde orchestrée par tous les partis d'opposition et appuyée par la protectrice du citoyen, le ministre n'a aucunement l'intention de renoncer à son projet de légaliser et encadrer les frais accessoires exigés aux patients.

Le Québec n'a tout simplement pas les moyens d'acquitter la facture de 50 millions $ associée à ces frais, a-t-il affirmé mardi. Les patients devront donc faire leur part.

«On ne nuit pas à l'accès. On gère l'État en fonction de notre capacité de payer et on s'organise pour que l'accès soit là pour tout le monde. C'est tout», a résumé le ministre.  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer