Frais accessoires: le ministre Barrette «isolé»

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) De plus en plus de voix s'élèvent contre la volonté du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de réglementer les frais accessoires. Lundi, c'était au tour de la Coalition avenir Québec (CAQ) de réclamer l'abolition pure et simple de ces frais imposés aux patients dans les cabinets de médecins et les cliniques privées.

La CAQ s'était abstenue la semaine dernière de voter en faveur de l'amendement au projet de loi de 20 proposé par le Parti québécois (PQ), qui voulait interdire les frais accessoires. Elle disait préférer des consultations publiques sur la question.

Mais en conférence de presse, lundi, la CAQ a annoncé qu'elle s'opposait elle aussi à ces frais facturés aux patients. Son porte-parole en matière de santé, le député François Paradis, a demandé que soit inclue «dans les négociations à venir sur l'entente de rémunération des médecins une enveloppe concernant ce dossier complexe», et qu'entre-temps, «on rembourse les médecins certaines fournitures médicales qu'on aura établies au prix coûtant, sans majoration».

Au PQ, on estime que le ministre Barrette est maintenant «isolé», un consensus étant en train de se profiler quant à l'interdiction des frais accessoires. «Nous nous réjouissons de voir aujourd'hui que la CAQ se rallie à notre demande, et qu'elle concède qu'il est indécent que le même homme ayant admis, en 2013, que les frais accessoires prenaient les patients en otage, Gaétan Barrette, demande aujourd'hui à ces mêmes patients de sortir leur carte de crédit pour les payer», a déclaré le député Jean-François Lisée dans un communiqué.

Le ministre, a-t-il ajouté, n'a plus qu'un seul allié dans son objectif de rendre légale la surfacturation médicale : la Fédération des médecins spécialistes du Québec. «Gaétan Barrette doit cesser d'être le représentant des médecins spécialistes et agir comme le ministre de la Santé des patients québécois», a conclu M. Lisée.

La semaine dernière, la protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, a publié un avis dans lequel elle demande au ministre Barrette de renoncer à sa volonté de faire payer les patients pour des services assurés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer